Fermer la publicité

L'Agenda d'accessibilité au menu du conseil municipal

Loire le 22 septembre 2015 - Louis Thubert - Politique - article lu 231 fois

L'Agenda d'accessibilité au menu du conseil municipal
Louis Thubert - Jean-Pierre Taite (à droite) a défendu son bilan en matière d'accessibilité des bâtiments publics.

Cette semaine, les conseillers municipaux ont voté sur l'Agenda d'accessibilité programmée. Ce plan prévoit la mise en accessibilité de nombreux bâtiments publics, dans la lignée de la loi handicap de 2005.

Le conseil municipal de rentrée de la commune de Feurs avait un gros dossier à traiter, le soir du 21 septembre. La mairie devait, comme de nombreuses collectivités, présenter son Ad'AP. L'Ad'AP, ou Agenda d'accessibilité programmée, vise à rééquiper les lieux publics pour faciliter leur accès par des personnes handicapées. Un enjeu pour celles-ci, mais aussi pour les autres Foréziens.

« Si on favorise les personnes à mobilité réduite, la ville est plus accessible pour tout le monde », a plaidé Paul Triomphe, adjoint au maire en charge des finances. Cet Ad'Ap apparaît dans la lignée de la loi sur le handicap de 2005, qui visait à rendre les établissements publics accessibles à tous en dix ans, mais donne un délai supplémentaire aux collectivités territoriales à cause des coûts importants générés par les travaux.

2016 la mairie, 2017 les écoles ...

Feurs ne fait pas exception à la règle : l'Ad'Ap sera étalé. En 2016, la priorité sera la mairie, avec entre autres la salle des mariages, mais aussi le mini-golf et l'office de tourisme. 2017 verra les efforts concentrés sur les deux groupes scolaires de la ville, et 2018 sera consacrée à l'adaptation des locaux sportifs, gymnases en tête. Un investissement sera aussi porté sur la navette municipale, pour que les personnes à mobilité réduite y accèdent plus facilement via une rampe sur le véhicule. La période totale d'investissement s'étale sur cinq ans, de 2016 à 2021, avec environ 200 000 € par an, la loi autorisant une période allant jusqu'à 9 ans.

« La loi date déjà de 2005. On n'a pas tout à fait compris la demande du report de délai de dépôt de l'Ad'AP. Comme l'a dit Paul Triomphe, c'est quelque chose d'essentiel », s'est interrogé Johann Cesa, du groupe d'opposition de gauche Génération Feurs, la mairie ayant demandé un délai pour remettre l'Ad'AP.

Jean-Pierre Taite, maire et aussi membre du parti Les Républicains, s'est défendu de ne pas s'être emparé de la question de l'accès au handicap. « Depuis 2008, on a travaillé sur l'Eden, la piste d'athlétisme... Ce que j'espère, c'est qu'un certain bon sens l'emporte. Certaines communes disent “On a moins d'argent”, nous, nous ne sommes pas là pour nous plaindre, nous sommes là pour bosser. Et je revendique le fait que beaucoup de choses ont été faites sur le dernier mandat », a-t-il lancé. Le conseil a, en dépit de ces piques entre élus, voté l'Agenda d'accessibilité à l'unanimité.

Après Johann Cesa, c'est Charles Perrot, du groupe Rassemblement Bleu Marine qui a longuement questionné Jean-Pierre Taite, cette fois-ci sur les tarifs de l'espace Maurice-Desplaces. Suite à une rénovation, les tarifs augmentent à partir du premier octobre. Si Génération Feurs s'abstient, Charles Perrot a demandé : « Comment vous justifiez la hausse de tarif ? Il faudrait avoir les coûts et les recettes pour l'Espace Maurice-Desplaces Il faut du bon sens, pour savoir si les recettes couvrent ou non les coûts ». L'élu, qui est aussi conseiller régional FN, a après disserté pendant plusieurs minutes sur l'augmentation du coût de la vie. « Ce sont des choses qui ne s'autofinancent pas » a assumé Jean-Pierre Taite, avant d'ajouter : « Ce sont aussi des services pour nos citoyens ».

Louis Thubert

Les tarifs de la foire exposition augmentent

Georges Reboux, adjoint délégué à l'organisation du Comice agricole, l'a annoncé : les prix pour les emplacements destinés aux commerçants-exposants de la foire exposition vont augmenter. Le but est de garder les exposants sur l'événement le plus longtemps possible, selon le maire Jean-Pierre Taite.

Opposition sur le locataire du château du Rozier

Jean-Pierre Taite et Johann Cesa ont débattu énergiquement à propos du locataire du château du Rozier. Cet homme, c'est un Forézien de 29 ans qui monte son entreprise de bar-cabaret. Johann Cesa a reproché au maire l'absence d'un appel d'offre, ainsi que le loyer peu élevé selon lui - 600 €. En bref, s'il n'est pas opposé au projet de cabaret proprement dit, il dénonce une mauvaise utilisation des fonds publics. Jean-Pierre Taite lui a rétorqué que le cabaretier portait un projet intéressant et avançait un investissement de 100 000 € pour faire vivre son entreprise et créer son emploi.

Une subvention pour la MJC

Dans le cadre du Contrat enfance Jeunesse (CEJ) qui lie la commune de Feurs, la caisse d'allocations familiales de la Loire et la mutualité sociale agricole Ardèche-Drôme-Loire, la ville touche de l'argent pour les centres de loisirs. Le conseil municipal a décidé de reverser une partie des fonds touchés à la MJC. Le but est d'améliorer l'accueil des enfants et de former le personnel des centres de loisirs. 6700 € sont versés à la MJC.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide