Fermer la publicité

L'aéroport Lyon Saint-Exupéry est dauphinois

Isère le 16 avril 2015 - Jacques Savoye - Nord-Isère - article lu 774 fois

L'aéroport Lyon Saint-Exupéry est dauphinois
DR - En 1991, une seconde piste (longue de 2 400 m)

L'aéroport Lyon Saint-Exupéry, qui célèbre ses 40 ans, est administrativement dans le Rhône. Au regard de l'histoire, il est en Dauphiné. Explications.

C’était le 12 avril 1975. Valéry Giscard d’Estaing, alors Président de la République, inaugurait l’aéroport de Lyon Satolas. Quelques jours plus tard, le 20 avril, un Mercure aux couleurs de la compagnie Air Inter, en provenance de Paris, se posait sur l’unique piste de 4 000 m (l’une des plus longue de France),  débarquant les premiers passagers sur la plateforme aéroportuaire. Au même instant, le trafic commercial était clos sur le site de Bron qui, trop proche de l’agglomération lyonnaise, ne pouvait être agrandi. C’est à la fin des années soixante qu’avait été prise la décision de construire un nouvel aéroport afin de pallier la saturation du site historique de Bron dont la piste, trop courte, ne pouvait accueillir de long-courriers.

Les premières études étaient lancées en 1965 et la plaine de l’Est lyonnais, dite aussi Plaine de Satolas, était retenue pour répondre aux critères exigés par la Direction de l’aviation générale et civile. Sur des plans de Guillaume Gilet et de Christian Drevet, les travaux allaient durer quatre ans, ne connaissant aucun retard ni dépassement de budget. Dans la nuit du 19 au 20 avril 1975, les activités de Bron étaient transférées sur la nouvelle plateforme majoritairement située sur la commune de Colombier-Saugnieu.

L’attraction rhodanienne

Le nom d’Aéroport Lyon-Satolas lui était donné en référence au modeste champ d’aviation naguère implanté sur Satolas et Bonce, toujours commune iséroise au contraire de Colombier-Saugnieu dont la position administrative n’était plus la même. En effet, en 1971, Colombier-Saugnieu était transféré du département de l’Isère à celui du Rhône, quittant le canton de La Verpillière pour rejoindre celui de Meyzieu. Quatre ans plus tôt, ce sont des parcelles de Satolas et Bonce qui avaient été cédées à Saint-Laurent-de-Mure, dans le 69 ! Quand bien même il est situé dans le département du Rhône, l’aéroport Lyon Saint-Exupéry (il a pris cette dénomination en 2000 en hommage à l’aviateur-écrivain né à Lyon) est bel et bien implanté en terre dauphinoise.

C’est également le cas de son frère aîné de Bron, dédié aujourd’hui à l’aviation d’affaire et aux aéro-clubs. En effet, la commune de Bron fut iséroise à partir de 1790 avant d’être annexée au Rhône en 1852. Une borne routière, toujours présente en bordure de l’ex-RN 6, atteste de cette appartenance au terroir dauphinois. Conçu pour accueillir 3 millions de passagers, l’aéroport en reçoit aujourd’hui plus de 8. La gare TGV (dont les vitrages ont été conçus par l’entreprise Beretta, de Villette d’Anthon, en Isère) le complète tandis qu’une seconde piste a été tracée en 1991.

Quant à la commune de Satolas, elle lui doit d’avoir été mondialement connue. Et son ancien maire, Jean Besson, n’a pas encore digéré le refus qui lui fut opposé lorsqu’il souhaita que son village perçoive quelques royalties pour l’utilisation commerciale de son nom !

Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide