Fermer la publicité

Roussillon : L'accueil des gens du voyage fait encore débat

Isère le 25 septembre 2015 - Lawrence Krouwel - article lu 57 fois

Roussillon : L'accueil des gens du voyage fait encore débat
Lawrence Krouwel - Roussillon va t-elle voir cette aire se créer comme le réclame le schéma départemental

Lors du dernier conseil communautaire du Pays roussillonnais, les élus ont de nouveau abordé le sujet de l'aire de grand passage des gens du voyage.

« Je ne reviendrai pas sur le sujet d’occupations illicites de terrains sur le canton par les gens du voyage mais il faut que l’on sorte de cette impasse. Il ne faut plus que l’on nous reproche d’être hors la loi », lance le président de la CCPR, Francis Charvet. En effet, l’aire d’accueil de grand passage des gens du voyage fait couler beaucoup d’encre depuis de nombreuses années en Pays roussillonnais. Déjà en 2009, le sous-préfet de Vienne était venu rappeler que le compte d’aires d’accueil n’y était pas.

Le schéma départemental d’accueil des gens du voyage prévoit la réalisation sur la commune de Roussillon d’une aire de grand passage d’une capacité de 80 à 100 places. En février 2008, face à cette obligation imposée par la préfecture, la municipalité propose plusieurs terrains dont le premier se trouvait sur le plateau de Louze, à côté de l’aire autoroutière poids-lourds. Les services préfectoraux avaient rejeté cette proposition pour des raisons de sécurité et l’extension à venir de cette aire , d'ailleurs depuis agrandie. Le second terrain proposé se situait Route d’Auberives sur des terrains communaux éloignés d’au moins 300 m de toute habitation. Mais là, ce sont les arboriculteurs qui avaient manifesté leur opposition. Le dossier est alors mis de côté, échéance électorale oblige !

Aujourd’hui, l’emplacement retenu lors de la constitution des dossiers se situe chemin des Crozes, à proximité du stade de la Terre-Rouge sur des propriétés de la commune mais aussi privées. Terrain déjà proposé en 2012, ce qui avait donné lieu à la distribution de tracts anonymes sur lesquels étaient écrit : « Non au projet d’implantation d’une aire de grand passage des gens du voyage ». Avec cette inquiétude sur la valeur de leurs biens fonciers bâtis et non bâtis si cette aire voyait le jour. « Je ne peux pas être favorable à cette proposition d’autant que l’Etat possède un terrain au nord de la commune au bord de l’autoroute», explique le maire Robert Duranton. Et d’ajouter que la commune avait déjà du réduire de 30 ha sa superficie constructible suite à la révision du PLU. « Je constate que chaque fois que l’on évoque ce dossier, on revient en arrière », regrette le président Charvet.
 

Lawrence Krouwel
 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide