Fermer la publicité

Kyhaow, pour téléphoner sans les mains

Loire le 23 octobre 2014 - Marine Graille - Tech et Médias - article lu 579 fois

Une application pour ne plus avoir à toucher son téléphone portable lorsque celui-ci sonne pour un appel ou un message.

C’est le projet qu’ont souhaité développer 4 étudiants de Télécom Saint-Etienne à l’occasion du concours Android game sur le thème « ça va rouler ! »
Il aura fallu plusieurs semaines à Grégoire, Gabriel, Hugo et Benoit pour que le projet voit le jour. « Nous nous sommes réunis tous les 4 pour trouver quelque chose de vraiment innovant et utile. Après réflexion et après que nous constations que bon nombre de personnes répondent au téléphone ou lisent leur messages au volant, nous avons sauté sur l’occasion », explique Grégoire. L’élaboration même de l’application n’a pas été la plus complexe pour les étudiants, qui estiment « qu’en fait la programmation c’est comme un jeu de Lego finalement ».
Gratuit et sans publicité, Kyahow se commande grâce à la voix. Votre téléphone demande si le propriétaire du portable souhaite ou non répondre. S’il accepte, la connexion est établie et le haut parleur activé. Pour les textos, même principe sauf que Kyahow vous lit directement son contenu. « Cette application est aussi utile lorsque l’on cuisine ou donne le bain à son enfant par exemple », souligne Gabriel.
Depuis septembre, l’application a été téléchargée plus de 550 fois. Les étudiants souhaitent l’améliorer courant de l’automne en changeant l’ergonomie et le design et en permettant à leur application de répondre aux messages par la voix.
Kyahow fait son bonhomme de chemin et les 4 jeunes ingénieurs auraient déjà été contactés par une entreprise nationale qui semble intéressée par leur innovation. Les étudiants ne donneront pas davantage d’informations sur le sujet mais ont déjà de côté une nouvelle application sur Android pour cet automne puis sur App Store. Le concept : une plateforme qui gère les remboursements entre amis dans le cadre d’une colocation ou de vacances en groupe. De quoi mieux répartir les dépenses de chacun et surtout optimiser les remboursements entre les membres.

Marine Graille



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide