Fermer la publicité

Kendji : « Je n’oublie pas d’où je viens »

Loire le 06 octobre 2014 - Marine Graille - Agglomération stéphanoise - article lu 2371 fois

Kendji : « Je n’oublie pas d’où je viens »
Kendji : « De voir que mon public est aussi varié ne pouvait pas me faire plus plaisir »

En l’espace d’un an à peine, Saint-Etienne a accueilli à trois reprises le vainqueur de la 3e édition de The Voice, Kendji Girac.

En l’espace d’un an à peine, Saint-Etienne a accueilli à trois reprises le vainqueur de la 3e édition de The Voice, Kendji Girac. Samedi dernier, il s’est produit place Chavanelle, à l’occasion des NRJ Music tour, devant plusieurs milliers spectateurs. Depuis sa victoire en mars dernier, Kendji enchaine à un rythme effréné les concerts à travers la France. Le changement de vie est radical pour le jeune homme originaire de Bergerac, qui ne voit aujourd’hui que très rarement son entourage.

Il faut dire que pour Kendji, le succès est au rendez-vous du côté des ventes de son premier album, sorti début septembre. En l’espace de 10 jours, son disque a été écoulé à plus de 200 000 exemplaires. Du jamais vu depuis Christophe Willem en 2007. « J’ai beaucoup de mal à réaliser ce qui m’arrive », confie le musicien. Une réussite qui pourrait alors rapidement lui monter à la tête, mais Kendji assure maîtriser son succès. « Ma fierté est que personne n’a eut besoin de me rappeler de ne pas m’emballer. J’arrive moi-même à garder les pieds sur terre et à me contrôler car je n’oublie pas d’où je viens. » Malgré son jeune âge, Kendji semble avoir conscience que sa carrière peut être éphémère et s’achever brutalement. « Si ça devait d’arrêter demain, je ne serais pas déçu et je serais surtout fier de mon premier album. »

Avec la sortie de son jingle Color Gitano puis de son album, Kendji avait quelques craintes notamment sur son public. « J’avais peur d’être déçu d’avoir toucher que des personnes issues de la communauté gitane. De voir que mon public est aussi varié ne pouvait pas me faire plus plaisir. » Pour ce premier album, la production de Kendji a en effet misé sur les origines gitanes du chanteur, avec un style qu’il qualifie lui-même de « gipsy pop ». Un choix qui séduit selon lui « toutes les générations » même si les jeunes adolescentes représentent une partie importante de son public.

Le premier album à peine sorti, Kendji a déjà dans un coin de sa tête le prochain. Le jeune chanteur avoue ne pas écrire lui-même ses chansons mais il espère acquérir de l’expérience et de la maturité pour pouvoir s’exprimer dans des morceaux. Avant de penser à tout cela, Kendji a une tournée qui se profile à partir du mois de janvier, avec un passage évidemment à Saint-Etienne pour le 6 mars prochain au Fil.

Marine Graille



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide