Fermer la publicité

Jeunesse - Premier bilan pour le contrat Enfance jeunesse

Loire le 09 octobre 2014 - Emilie Massard - Actualités - article lu 336 fois

Jeunesse - Premier bilan pour le contrat Enfance jeunesse
Solange Berlier, vice-présidente du conseil général, a présenté ce nouveau contrat avec les représentants de la Caf et de la MSA (© Frédéric Chambert)

Le conseil général, la Caisse d’allocations familiales et la Mutualité sociale agricole ont dressé le bilan du premier contrat Enfance Jeunesse signé en 2010.

Elles s’en sont servi pour renforcer les mesures comprises dans le 2e contrat qui vient d’être signé et qui présente les orientations prises dans le domaine de l’accueil des enfants de moins de 6 ans jusqu’en 2017. Si le premier contrat a vu la création de près de 1 000 places dans des structures d’accueil collectives (portant à environ 4 000 le nombre de places disponibles dans les 169 établissements ligériens), outre la quantité le 2e contrat s’attachera également à garantir la qualité de l’accueil proposé dans les différentes structures. « La Loire est un département plutôt bien pourvu avec ses structures collectives, mais aussi avec ses 5 500 assistantes maternelles agréées, soit un potentiel de 17 à 18 000 places individuelles, note Solange Berlier, vice-présidente du conseil général chargée de la petite enfance. Evidemment tout n’est pas parfait, il y a des zones où la demande est très forte, à Saint-Etienne par exemple ou plus généralement dans les zones urbaines, et puis il y a des assistantes maternelles dans des secteurs ruraux qui se retrouvent sans enfants. Il faut bien sûr que l’offre soit adaptée à la demande des familles, et pour cela il faut identifier leurs besoins. Il faut prendre en compte toutes les problématiques liées à la vie professionnelles des parents, mais aussi inscrire les lieux d’accueil dans une démarche de qualité. »
D’ici la fin de l’année, les trois partenaires devraient également renouveler une convention annexe à ce contrat pour l’accueil des enfants porteurs de handicap. 99 000 € par an seront de nouveau dévolus pour permettre à ces enfants d’être accompagnés par des professionnels à la crèche. « Nous allons travailler pour pouvoir offrir un accueil et une prise en charge plus régulières pour ces enfants et ainsi offrir du temps de répit aux parents. » Au total, ce sont 180 000 € par an qui seront consacrés à mettre en application les orientations de ce nouveau contrat Enfance Jeunesse.  

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide