Fermer la publicité

Jeunes pousses cherchent coup de pouce

Isère le 20 juillet 2015 - Eric Séveyrat - Économie - article lu 138 fois

Jeunes pousses cherchent coup de pouce
Régulièrement, le président de la région Rhône-Alpes rencontre les créateurs d'entreprises au siège de la région à Lyon

De par sa compétence, principal opérateur public de l'économie en région, Rhône-Alpes soigne ses start-ups, fleurons de la création d'entreprise, potentiels créateurs d'emplois de masse… Rencontre.

Régulièrement, le président de la Région, Jean-Jack Queyranne, réunit quelques chefs d’entreprise pour les écouter : on appelle cela « Les Matinales des décideurs ». C’était le cas au siège de la Région il y a quelques semaines, avec, entre autres, deux entreprises « jeunes pousses » de l’Isère, Selvert, et Fluoptics.

Une fois n’est pas coutume : ce ne sont pas les journalistes qui animent les débats ni posent les questions, c’est le président de la Région lui-même : « Alors ? Quelles sont vos problématiques ? », interroge Jean-Jack Queyranne. Chacun se présente, explique sa situation, ses projets, son parcours, certains apportant des petits objets de démonstration.

Constat principal : sur l’ensemble des présents, pas un n’a pas évoqué ses angoisses dès qu’il s’agit de l’international. Etats-Unis, Amérique du Sud, Emirats, Chine, il faut s’appuyer sur des groupes de Français déjà présents, de grosses entreprises parfois. C’est là que le bât blesse, et que le politique pourrait apporter des réponses. Hélas, avec l’effondrement de la structure Erai (Entreprise Rhône-Alpes international) dont la subvention de fonctionnement n’a pas été reconduite par les élus régionaux, on est dans l’expectative. D’autant que les élections régionales se profilent à l’horizon de décembre 2015.  Cependant, et ce n’est pas anodin : Jean-Jack Queyranne siège au conseil d’orientation de la BPI (banque publique d’investissement).

Créateurs inventifs, courageux, « Inconscients » parfois de se lancer dans l’océan immense du marché d’évidence mondial et hautement concurrentiel. Les créateurs de start-up œuvrent dans tous les secteurs de vie, de consommation, de recherche : « les start-up, c’est de l’énergie pure, affirme Guilhem Berthollet (Invox). » Mais, ce sont souvent des énergies qu’il faut « dévérouiller, explique Thierry Desforges (monpotager.com), il est parfois difficile de recruter des profils motivés pour s’impliquer dans une aventure. » Grâce à des  kisskissbankbank ou levées de fonds classiques et business angels, les start-up trouvent des fonds pour avancer contre vents et marées.

E.S.

Les start-up : Fluoptics (Grenoble), créé en 2009 par Odile Allard et Philippe Rizo développe des solutions pour l’aide à la chirurgie, et emploie une vingtaine de salariés. Selvert (Lans-en-Vercors) propose de déneiger sans polluer, et de fabriquer notamment à partir de « petit lait » des molécules respectueuses de l’environnement. Avenisence; Awabot; Chargingphone; Monpotager.com ; Dracula Technologies ; Geolid ; Invox ; Origo Renouvelable ; Simplifia ; L’Ouvre-boîte.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide