Fermer la publicité

Jerzy Moscicki rêve en couleur

Rhône le 19 mars 2015 - A. G.-P. - Actualités - article lu 951 fois

Jerzy Moscicki rêve en couleur
D.R. - Un pastelliste reconnu

Peintre en résidence au lycée Jean-Baptiste-de-la-Salle à Lyon, Jerzy Moscicki a remporté le premier prix du Concours des pastellistes de France. Une distinction qu'il a accueilli avec autant d'émotion que de discrétion, à l'instar de son personnage qu'il abrite derrière ses pastels aux couleurs vivantes.

Sa découverte de l’art pourrait être une histoire romanesque si elle n’était pas tout simplement celle de la vie de Jerzy Moscicki, qu’il dévoile furtivement : « Avec mes parents, nous étions logés dans la cure d’un petit village de Pologne, rempli de tableaux et d’objets qui m’ont ouvert les yeux sur la beauté de l’art. Ma mère avait les clés de l’église dont j’admirais les œuvres qui m’ont donné cette vision classique de la peinture ». Son amour pour l’art et la culture sera le fil conducteur de sa vie.

S’il ne devient pas professionnel, il sait qu’il restera un véritable amateur, un passionné. Une passion qui le guide alors vers le lycée d’arts plastiques de Wroclaw puis vers la France, qu’il dépeint comme sa patrie artistique parce qu’elle lui a ouvert les portes de l’art.

Après un séjour à Nancy où il gagne sa vie comme surveillant, laveur de vitres et distributeur de journaux, Jerzy Moscicki arrive à Lyon en 1983 et travaille dans une maroquinerie. Là, il se remet à la peinture et expose chez un petit encadreur de la Croix-Rousse. Devenu ensuite gardien d’immeuble, il peut peindre davantage, exposer et participer à quelques concours. En 1990, il choisit d’exercer pleinement sa passion et de se consacrer exclusivement à la peinture.

Il se spécialise sur le pastel qui lui permet de reproduire les tableaux qu’il vend et d’en garder ainsi une version. « Ca me fait mal au cœur de vendre certaines peintures à l’huile sur lesquelles j’ai passé beaucoup de temps ! Le pastel est un moyen de m’émanciper vis à vis des ventes officielles. »

Mais Jerzy est un perfectionniste et il recherche une technique pour obtenir les vraies couleurs, celles qui donneront vie aux objets qu’il met en scène sur ses toiles. Il finit par mettre au point sa propre méthode qui suggère d’aborder le sujet par l’étude de la lumière et d’introduire ensuite la couleur. Il travaille ainsi les ombres avec le fusain et le crayon noir et pénètre progressivement dans son œuvre avant de jouer avec les couleurs et d’obtenir des nuances subtiles.

Le résultat est bluffant, les objets qu’il aime représenter ont une âme. On dirait qu’ils s’animent et racontent une histoire, parfois surréaliste, comme celle d’un citron en suspension dans le ciel auquel s’accrochent trois cerises ou celle d’un potiron qui se transforme en montgolfière… Jerzy Moscicki est un rêveur et il laisse libre cours à une imagination insoupçonnée et judicieuse pour transformer et arranger ses objets de prédilection.

Depuis 2008 en résidence au centre scolaire Jean-Baptiste-de-la-Salle, il enseigne la peinture et le pastel aux lycéens en spécialité arts plastiques, et aux adultes. Il savoure la richesse de ces échanges. « Quand on travaille seul, on se renvoie sa propre image. Quand on partage son expérience, on transmet et on reçoit. Les cours m’ont apporté une grande ouverture. » L’artiste, qui s’efface derrière ses tableaux, vient de sortir de l’ombre par la grande porte de son atelier en remportant le premier prix ex-aequo du concours organisé par la société des pastellistes de France. Une récompense suprême qui le hisse aux côtés des plus grands pastellistes et qu’il reçoit avec humilité et perplexité. « Depuis quinze ans que je travaille le pastel, j’ignorais ce qu’en pensait mes pairs. Cette reconnaissance m’apporte une vraie confiance. Je suis sur un nuage ! »

Un nuage qui le conduira en Chine en octobre prochain pour exposer ses œuvres à l’occasion d’un festival international de pastels. Depuis sa patrie spirituelle, la Pologne, Jerzy Moscicki a parcouru un long chemin. Sa détermination et sa ténacité lui ont permis d’accéder au monde artistique, comme un professionnel reconnu.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide