Fermer la publicité

Je suis un Lebwoski, genèses d'un film culte

le 21 décembre 2014 - Mathieu OZANAM - Livres - article lu 202 fois

Je suis un Lebwoski, genèses d'un film culte
Editions Séguier - Je suis un Lebwoski, Tu es un Lebwoski

Une bande d'amis fanatiques de Big Lebowski ont réalisé un « fan book » sur le le film des frères Coen. Le livre qui va harmoniser votre bibliothèque.

Comment un film devient culte ? Je suis un Lebwoski, Tu es un Lebwoski offre un début de réponse. Quatre Américains, qui ont poussé la vénération jusqu’à organiser une grand’ messe annuelle, le Lebwoski Fest, qui se tient comme il se doit dans un bowling.

Mais la question doit être précédée par une autre : qu’est-ce qu’un film culte ? La notion apparaît à la fin des années 1960 et se diffuse avec la publication en 1981 du livre de Danny Peary, Cult Movies. Un film n’acquière pas d’emblée ce statut et pour mieux dire, en l’absence de recettes intangibles, les explications sont floues et diverses. Une certitude : un film qui annoncerait sur son affiche « culte » à sa sortie a toutes les chances de ne pas le devenir. Les hommes et femmes de marketing n’ont pas encore trouvé la martingale.
La première définition du film culte, c’est qu’il réunit une communauté de fans qui, tout d’abord, s’ignore. Les spectateurs ne se bousculent pas dans les salles à sa sortie ? Tant mieux. Car les productions au cinéma se bousculent ; les films qui ne rencontrent pas leur public rapidement se voient vite déprogrammés. Bons ou mauvais. Ils tombent alors dans les limbes et y restent jusqu’à ce que les amateurs, ceux qui s’y reconnaissent, le diffusent autour d’eux. En le regardant entre amis, dans le bus lorsque des équipes de sport se déplacent, ou sur Internet. Ses répliques entrent dans le langage courant et deviennent autant de signes de ralliement. Un film culte trouve son public car il arrive au bon moment et répond de façon inexplicable à une attente. C’est le Zeitgeist, l’esprit du moment.

Les quatre auteurs de Je suis un Lebwoski.. se plongent dans le phénomène. D’abord en consacrant leur premier chapitre aux acteurs du film qui ont accepté de leur répondre. Certains très sérieusement, d’autres très légèrement. Des acteurs principaux jusqu’au plus petit rôle, tel celui de la caissière qui apparaît moins de 5 secondes à l’écran au tout début du film. Les frères Coen ont eux pour principe de ne jamais s’exprimer sur leurs films, préférant se consacrer à ceux qui leur restent à réaliser.
Les sources d’inspiration des personnages et des situations sont surprenantes. Ce qui s’avère être une comédie n’est souvent que la retranscription de scènes observées par les frères Coen. Comme des brèves de comptoir qui auraient été mises en images. Les « Achievers », les fans du film, ne sont pas oubliés avec une large partie du livre qui leur est consacré.

Mathieu Ozanam

Je suis un Lebwoski, Tu es un Lebwoski, Bill Green, Ben Peskoe, Will Russell et Scott Shuffit, Séguier, 21 €.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide