Fermer la publicité

Jarry : « Je suis allé en immersion totale »

Loire le 01 février 2015 - Florence BARNOLA - Spectacle, Théâtre - article lu 3140 fois

Jarry : « Je suis allé en immersion totale »
J.Benhamou - Jarry, un humoriste plein de peps et de fraîcheur

« Atypique », le one-man-show écrit et joué par Jarry, a pour thème la recherche d'emploi à travers sept personnages. Le spectacle est au programme du festival des Arts Burlesques le 17 février prochain. Rencontre avec un humoriste très sympathique.

D’où vient votre nom de scène « Jarry » ?

C’est le nom de famille de ma maman. Un jour, nous faisions la vaisselle, elle m’a dit que quand elle disparaîtra son nom s’éteindra avec elle. Quand j’ai commencé ce métier j’ai pris un pseudo et je lui ai fait la surprise le soir de la première, elle est venue voir un artiste qui s’appelait Jarry elle ne savait pas que c’était moi. Aujourd’hui tout le monde m’appelle comme ça… même ma mère.

Votre parcours est pluridisciplinaire, danse, théâtre, et maintenant le stand-up…

Je n’avais pas du tout cette culture humoristique, je ne savais pas ce que c’était, je connaissais quelques humoristes à la télévision mais je n’avais jamais pensé faire ça. En tournant le film de Didier Bourdon, Bambou, où je jouais son meilleur ami, il n’arrêtait pas de dire « t’es drôle tu devrais faire de l’humour ». Je me suis pris au jeu, j’ai écrit un sketch que j’ai testé sur des scènes ouvertes à Paris où chacun vient et joue, ça a tout de suite fonctionné. J’ai été repéré par des gens qui m’ont dit « tu devrais faire un spectacle ». Au départ je me suis dit que j’allais le jouer une semaine devant des amis, et cela fait un an et demi.

Dans votre spectacle, le public est réellement un partenaire pour vous…

Comme je n’ai pas du tout cette culture du one-man-show je l’ai écrit comme j’aurais souhaité voir un spectacle d’humour. C’est très interactif c’est à dire que le spectateur fait vraiment partie de l’histoire, il a vraiment un rôle à jouer. Nous sommes tous dans la salle d’attente de Pôle Emploi. J’avais envie de rencontrer les gens.

Avez-vous été surpris parfois par des réactions du public ?

Je me souviens d’une dame de 82 ans au deuxième rang avec une rose dans la main. Je suis allé la taquiner en lui disant  « j’espère que je ne cause pas trop vite et que vous m’entendez bien ?! » Elle me donne alors une petite claque d’amour sur la joue et me répond « je suis venue parce que je vous aime » et elle m’a offert cette rose. J’ai fondu en larmes, j’ai trouvé ça tellement beau et gentil, j’étais troublé.

Comment avez-vous travaillé ce spectacle ?

Pour écrire le spectacle j’ai vraiment testé les métiers. J’ai vraiment appelé le GIGN, la police, des prêtres, un responsable de supermarché pour passer une semaine en temps que caissier… J’avais besoin de traverser des choses pour savoir ce que j’avais envie de dire au travers de ces choses-là. Je suis allé en immersion totale, la dernière expérience que j’ai testé c’était chauffeur de taxi je trouvais ça drôle.

Pourquoi avez-vous appelé  votre one-man-show « Atypique » ?

Je n’avais pas envie de donner un titre de spectacle genre « Jarry inspecte des métiers »... Au départ je ne voulais pas donner de titre mais les producteurs n’étaient pas d’accord. Comme il y a du chant, du théâtre, de la danse, du stand up… pour moi c’est un espèce de pot pourri donc j’ai voulu l’intituler Atypique.

Prochainement vous serez….

En train de travaillez la mise en scène d’Anthony Kavanagh. Et puis, je suis actuellement en train de penser à l’écriture de mon deuxième spectacle qui devrait s’appeler Jarry à l’étranger…

Propos recueillis par Florence Barnola

Atypique de et par Jarry  au Nouveau Théâtre de Beaulieu le 17 février à 20 h 30.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide