Fermer la publicité

Jarnosse : une rivière, un château, des légendes

Loire le 23 octobre 2014 - Louis Pralus - Actualités - article lu 1462 fois

Jarnosse : une rivière, un château, des légendes
(D.R.)

On trouve trace du village au IXe siècle et le dernier seigneur régna jusqu'à la Révolution.

Dernier vestige de cette époque : une tour à côté  d'un grand corps de bâtiment, au-dessus de la route, près du bourg. Il y eut ici des tisseurs de toile de chanvre, de coton puis de soie : 60 métiers dans les années 1800 et en 1871 : 1 800 habitants ! Une autre belle maison, entourée d'un clos, qui eut également une petite tour, au coeur du bourg : la maison des soeurs maristes que fonda mère Marie Chavoin. Ce fut sa première fondation en 1855 ; en 1858 elle avait deux maisons dans la Loire : à Jarnosse et à Saint-Etienne. En 1903 avec l'interdiction des ordres religieux la maison dut fermer. Elle faisait externat, pensionnat, cours du soir pour adultes, patronage, chorale paroissiale. Le 5 septembre 1903 les sept religieuses quittèrent Jarnosse. Mais une soeur sécularisée continua l'école jusqu'à sa fermeture en 1922 et la vente de la maison.
Autre attrait de Jarnosse : le Jarnossin qui se jette dans la Loire à Pouilly-sous-Charlieu. En 2003, en crue, il emporta haies et prairies. « Il faudrait faire des étangs, en période de sécheresse on relâcherait de l'eau parce que beaucoup de poissons meurent », s’inquiète Jean-Marc Lombard, le maire. L'autre inquiétude de l’édile : l'évaporation d'une trentaine d'enfants vers les écoles des villages voisins. Pourtant l'école a été reconstruite sur l'ancienne il y a 4 ou 5 ans. Elle reçoit 36 enfants et la commune fournit une cantine et une garderie. L'histoire des rythmes scolaires s'est apaisée mais la solution n'est pas trouvée. « On n'offre pas d'activités pour le moment. Il faut trouver des animateurs qui doivent répondre à des exigences comme le Bafa et ça coûte cher également. »
La commune ne manque pas d'attraits pour le visiteur ou le randonneur. Un moulin du XIVe siècle, un reste de château du Moyen-Age, sa rivière, ses bois. Il y a aussi de la vie et de l'économie locale. On compte cinq exploitations agricoles : une seule fait le lait, celle de M. le maire, les autres sont dans la tradition du charolais mais ne pratiquent pas la vente directe.
La population augmente et rajeunit. En 2009, on comptait 412 habitants, en janvier 2011 on passait à 414 et aujourd'hui c'est 421. Jean-Marc Lombard est satisfait des conditions du Scot. « Non, on n'est pas trop limité, on était à 1 ou 2 maisons par an. On a fait une réserve de terrain. » Le locatif existe avec la mairie qui offre deux logements, le Toit familial quatre appartements plus un appartement privé.
La commune possède aussi des commerces et des artisans. Sont également présents un club de basket, Familles rurales, des associations de musique, de chasse. Pour les amateurs de randonnée on peut effectuer à partir du bourg  le circuit du Jarnossin de 8 km (balisage blanc et jaune) : on passe devant l'église et on prend le premier sentier qui monte sur la gauche.   Sont signalés : au bourg  la croix du sculpteur  jarnossin Henri Gautheret puis le panorama de la Madone, la Croix-Rampart de 1707 (jadis lieu de procession pour la Saint Marc), la Croix Beauchamp de 1850 (portant dans son fût une vierge couronnée), la croix Gilbeau de 1844 avant de croiser le château et de traverser le Jarnossin.
La commune garde une énigme : pourquoi l'a-t-on baptisée « le pays de la lumière » ? Un adjoint avance : c'est parce qu'un maire avait dit : « Je vous apporterai la lumière ! »

Louis Pralus

Carte d’identité

Nombre d'habitants : 421
Gentilé : les Jarnossins
Superficie : 1300 ha
Altitude : de 340 à 556
Communauté de communes : Pays Charlieu-Belmont
Célébrités : Mère Marie Chavoin, fondatrice des soeurs maristes



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide