Fermer la publicité

J.-P. Nomade : regard sur trois guerres

Loire le 11 décembre 2014 - Béatrice Perrod-Bonnamour - Roannais - article lu 215 fois

Pourquoi ce choix : 1814, 1914 et 1944 ? 2014 est l’année des commémorations.

Pourquoi ce choix : 1814, 1914 et 1944 ?

2014 est l’année des commémorations. 1814, marque la fin du règne temporaire de Napoléon, Roanne est la dernière ville à rendre les armes contre les Autrichiens. 1914 évoque le début de  la Grande Guerre, 1944 marque le 70e anniversaire de la Libération de Roanne.  
1814 évoque ainsi le passage de l’Empereur Napoléon qui sur le chemin de l’exil, s’arrête le 22 avril 1814 à Roanne et promet via  François Populle, à la Ville la croix de Légion d’honneur remise… par Napoléon III, le 7 mai 1864 ; l’accueil  de la duchesse d’Angoulême, Mme Royale, à la sous-préfecture, le 5 août 1814. Elle se reposera dans la suite où dormit Pie VII. 1914 parle de la mobilisation générale qui  empêche Poincaré d’inaugurer la statue de Picaud de l’hôtel de ville immortalisant la lutte contre les Autrichiens, de la disparition héroïque de Joseph Déchelette sur le front à Vingré, les martyrs de Vingré dont Blanchard et Durantet. En 1944, les combats du Gué de la Chaux de Neaux, les représailles Allemandes à Renaison seront suivis de la Libération.  

Quels personnages retenez-vous dans ces trois périodes ?

En 1814 : Populle maire de Roanne qui face à l’émissaire autrichien prononcera cette phrase célèbre : « vos soldats ne sont pas encore maîtres de Roanne ». Gustave de Damas, noble bonapartiste, le dernier à rendre les armes. En 1914 : le Général oublié,  Defforges qui s’illustre à la Bataille de la Marne et Joseph Déchelette, notre archéologue à dimension européenne. En 1944 : Jean Gilbert, 17 ans un engagé dans la 1re Division française libre, fils de poilu qui fêtera ses 18 ans en prison en Espagne. Paul Rivière, député-maire de Montagny, grand résistant, compagnon de la Libération avec Pierre Bernheim, Roger Crivelli, Eugène Déchelette, petit neveu de Déchelette, Gérard Hennebert.

Propos recueillis par Béatrice Perrod-Bonnamour


Chroniques de Guerres en Roannais, J-.P. Nomad (25 €).



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide