Fermer la publicité

Jean-Jacques Friedrich : la formation au cœur

Rhône le 31 juillet 2015 - Michel Godet - Experts-comptables - article lu 1255 fois

Jean-Jacques Friedrich : la formation au cœur
D.R. - Une carrière tournée vers l'international

Après des études en Alsace jusque deux ans après le baccalauréat, notamment à Barr, sa ville natale, Jean-Jacques Friedrich vient à Grenoble, « la Mecque de la comptabilité », selon lui, avec dans le viseur le diplôme d'expert-comptable. Il obtient le DECS diplôme d'études comptables supérieures en 1981 puis l'année suivante la maitrise de sciences et techniques comptables et financières, le fameux MSTCF dont il sort major de sa promotion.

A partir de là, Jean-Jacques Friedrich va engranger les diplômes quasiment chaque année, notamment le Capet avec mention très bien, le diplôme d’expertise-comptable en 1988 puis en 1990 l’agrégation d’économie et gestion. Ce sera le début d’une carrière universitaire en tous points remarquable qui le conduit aujourd’hui à assumer de hautes  responsabilités à l’échelle internationale. Une véritable passion pour la formation qui a pris naissance lorsqu’il faisait son service militaire à Tulle comme professeur du contingent a l’école des sous-officiers. « Il fallait avoir de l’autorité pour Exs’y imposer à seulement 22 ans », avoue-t-il. Ce sera le fait déclencheur d’une passion qui, a 56 ans, ne l’a jamais quitté.

Son parcours débute dans un lycée a Annecy puis en 1985, il trouve un poste à l’IAE de Lyon et parallèlement fait un stage au cabinet Guérard Viala (devenu depuis Mazars et associés). Il deviendra le patron de la MSTCF, aujourd’hui en collaboration avec François Lantin. Son enseignement porte également sur la formation des managers du groupe Casino, aidant a la création d’une formation licence pro de manager de rayon baptisée Distrisup, devenue aujourd’hui une référence en France.

Mais la carrière de Jean-Jacques Friedrich va prendre une autre évolution, tournée vers l’international sous l’impulsion de Gilles Guyot, alors directeur de l’IAE. Il intervient désormais une quinzaine de fois par an en Europe centrale (Hongrie, Pologne), en Chine, au Maghreb et en Afrique subsaharienne. « Tout ces pays ont un réel besoin de formation », explique Jean-Jacques Friedrich qui justement vient de mettre en place une formation à Abidjan et part en juillet a Casablanca pour faire la promotion du modèle expert-comptable a la française.

Et ce cinéphile passionné, admirateur de Woody Allen, incollable sur le cinéma des années 70-80, n’entend pas s’arrêter en si bon chemin pour porter la bonne parole ou plus exactement pour montrer  l’excellence de la formation française qu’il porte loin avec ferveur et passion.

Michel Godet



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide