Fermer la publicité

Isérois, de la conception à la fabrication

Isère le 07 novembre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Économie - article lu 13 fois

Le projet est parti d'un constat : si l'innovation et la recherche sont fortement encouragées dans le bassin grenoblois, il y a un manque réel en ce qui concerne les chaines de fabrication. Pour ne pas laisser s'échapper les entreprises une fois le produit conceptualisé, le département va créer une patrimoniale.

Déposer des brevets, c’est bien, et en la matière, la métropole grenobloise n’est pas en reste. En revanche, il n’en est pas tout à fait de même pour les chaînes de fabrication. Christian Coigné, maire de Sassenage et président d’Isère-Aménagement en sait quelque chose : la société Isorg qui sortait du CEA, basée dans sa commune, a finalement choisi de déménager à Limoges, où son installation était plus facile. « Tout le monde a rencontré les directeurs d’Isorg de son côté, en disant qu’il fallait le faire, mais on a jamais réussi à  trouver les financements pour les faire rester, alors qu’ils voulaient rester près du CEA et d’Air Liquide. A la suite de cela, les élus avaient lancé la réflexion sans aller plus loin. Nous on a voulu aller vite et  monter le projet. Ce sont des entreprises que l’on finance pendant la recherche, et que l’on perd lors du passage en structure d’exploitation. On ne récolte pas les bénéfices de ce que l’on a financé. »


La patrimoniale sera majoritairement portée par Territoire 38 (dont le Département est actionnaire majoritaire), mais le projet a été co-construit avec Isère-Aménagement. « Nous avons travaillé à trois avec Christian Rival (président de Territoire 38), Annick Merle (commission économie du Département) et moi-même ».
La patrimoniale sera chargée de créer des bâtiments dans des zones d’activité, et d’adapter les locaux aux entreprises qui ont  besoin de se mettre en production. Elles pourront louer les lieux le temps qu’elles veulent, leur bail ne sera pas limité dans le temps.
« Les entreprises n’auront qu’à nous dire ce dont elles ont besoin, le nombre d’ateliers, la surface… Et on s’occupe de leur fournir des locaux adaptés. Le projet est très avancé, il devrait être opérationnel en janvier. Nous avons un premier projet à La-Tronche, au CRSSA (centre recherche service santé armée- ancien hôpital militaire). C’est un site composé de plusieurs bâtiments qui vont être détruits, et la patrimoniale créera des bâtiments ».
Un capital de 2 M€ est prévu pour le commencement, avec les fonds propres de territoires 38, et le soutien de la Caisse des Dépôts, du Crédit Agricole et de la Caisse d’Épargne. « On augmentera le capital au fur et à mesure de l’entrée des actionnaires ». Le premier projet ne concerne que la métropole, mais il n’est pas exclu de l’élargir au reste du département. Les bénéfices seront évidemment réinvestis.

Caroline Thermoz-Liaudy
 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide