Fermer la publicité

Jacques de Chilly : « ne pas en attendre des dizaines d'implantations »

Loire le 25 mars 2015 - Denis MEYNARD - Économie - article lu 578 fois

Jacques de Chilly : « ne pas en attendre des dizaines d'implantations »

Le directeur de l'Agence de développement économique de la région lyonnaise (Aderly), qui revendique 80 implantations d'entreprises en 2014, annonce que trois Stéphanois vont intégrer son conseil d'administration.

Le conseil d’administration de l’Aderly vient donc d’évoluer ?

Un changement de gouvernance est intervenu la semaine dernière, avec notamment la création d’un poste d’administrateur pour le président de l’Université de Lyon (ndlr : le Stéphanois Khaled Bouabdallah), un autre pour la communauté d’agglomération des Portes de l’Isère et deux pour Saint-Etienne Métropole. Nous avons choisi d’avoir parmi les 23 membres du nouveau conseil onze représentants des collectivités territoriales et onze chefs d’entreprises. Cela constitue un changement important par rapport à la composition précédente, qui n’avait pas évolué depuis la création de l’Aderly, en 1974, par ses quatre fondateurs : le Medef, le conseil général et le Grand Lyon la CCI de Lyon, avec un poids prépondérant des deux derniers, qui assurent 83 % du budget.

Quelle est la contribution des nouveaux entrant pour 2015 ?

Sur un budget de 4,6 M€, elle est de 100 000 € pour Saint-Etienne Métropole et de 50 000 € pour la Capi. Dans le même temps, celle du conseil général du Rhône passe d’un million à 300 000 €. Le principe retenu est de faire évoluer les contributions en fonctions des implantations réalisées, c’est ce qui serait le plus juste. Fin 2016, nous ferons une évaluation. Aujourd’hui 85 % des implantations sont réalisées sur la région lyonnaise, mais nous allons mettre des moyens plus importants en périphérie, en recrutant quatre nouveaux collaborateurs pour mettre en avant les offres spécifiques du nouveau département du Rhône, du Nord-Isère et de Loire-Sud. Ils seront basés à Tarare, Villefranche-sur-Saône, l’Isle-d’Abeau et Saint-Etienne.

Quel sera l’apport de l’agglomération stéphanoise et que peut-elle en attendre ?

Il se situe clairement dans les domaines de l’ingénierie mécanique, des technologies médicales, du numérique et du design, permettant ainsi d’accroître les compétences de l’agence dans notre démarche de prospection. Pour autant, on ne va pas implanter des dizaines d’entreprises dans la Loire demain et après-demain, la majorité des implantations se feront sur la métropole lyonnaise. Mais Saint-Etienne profitera de son intégration à l’Aderly pour ensuite faire valoir ses atouts.

Propos recueillis par Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide