Fermer la publicité

Interpol : 100 ans dont 25 à Lyon

Rhône le 23 août 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 1451 fois

Interpol : 100 ans dont 25 à Lyon
© DR

Cette année, Interpol fête son centenaire et ses 25 ans d’installation à Lyon.

Créée au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’organisation intergouvernementale organise la coopération entre les polices de différents pays. Elle fédère aujourd’hui 190 Etats à l’œuvre pour lutter contre la criminalité sans frontière. « Les trafics de drogue existent depuis toujours, avance Laurent Grosse, directeur des ressources d’Interpol. Mais aujourd’hui, nous devons faire face à d’autres problèmes comme la cybercriminalité, traitée dès septembre depuis le nouveau site de Singapour ». Depuis son installation à Lyon, l’organisation internationale n’a cessé de croître. « Interpol employait 250 collaborateurs en 1989, 750 aujourd’hui, dont 600 à Lyon. Les autres personnes se répartissent dans les bureaux à travers le monde ». Lyon est devenue le centre névralgique du hub des polices du monde puisqu’elle abrite notamment le CCC. Ce centre de commandement et de coordination implanté au cœur du bâtiment, situé tout près du parc de la Tête d’Or, fonctionne 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. « Cette salle opérationnelle est en contact permanent avec les 190 bureaux centraux nationaux, explique Laurent Grosse. Depuis ce centre, sont déclenchées les opérations et activés les meilleurs contacts dans le monde pour trouver les experts répondant au mieux aux situations d’urgence ou de crise. » Interpol dispose de la plus importante base de données criminelles et des outils informatiques et techniques les plus performants pour identifier, localiser et arrêter les malfaiteurs.

UN BUDGET ANNUEL D’ENVIRON 70 M€

Lyon reste une place forte pour l’organisation malgré la création d’un centre à Singapour. « Compte tenu de la croissance d’Interpol, l’activité lyonnaise ne risque pas de diminuer. Le centre de Singapour sera dédié à une problématique peu traitée depuis Lyon : la cybercriminalité. D’ici à la fin de l’année, l’organisation installera 60 à 70 personnes à Singapour. L’effectif atteindra 150 dans les trois ans, sans transfert de Lyon. » La ville avait été choisie, sur proposition du gouvernement français de l’époque, pour sa bonne situation géographique, son offre intéressante en matière d’éducation, son aéroport qui permettait des liaisons avec les principaux hub européens. « La ville est toujours attractive pour nos fonctionnaires, principalement des officiers de police mis en disponibilité par leur pays, mais aussi des spécialistes de la finance, des télécommunications, de la communication, des traducteurs, affirme Laurent Grosse. Interpol compte plus de 100 nationalités dans ses collaborateurs et certains demandent même la nationalité française. » Chaque année, quelque 4 000 personnes, en plus des permanents, franchissent ses portes pour assister à une centaine de manifestations (congrès, formations). L’organisation, présidée jusqu’en 2016 (mandats de quatre ans) par la directrice de la police judiciaire française, Mireille Ballestrazzi, dispose d’un budget annuel d’environ 70 M€. L’enveloppe additionne les contributions statutaires pour les pays membres, de l’ordre de 52 M€, et des fonds extérieurs destinés à financer des projets spécifiques. « L’industrie pharmaceutique finance des projets pour lutter contre la contrefaçon de médicaments », cite pour exemple Laurent Grosse.


S.P.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide