Fermer la publicité

Installation - Quatorze nouveaux magistrats au TGI de Lyon

Rhône le 15 septembre 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 3038 fois

Installation - Quatorze nouveaux magistrats au TGI de Lyon
(© Angel Sanhueza)

Après ses propos liminaires et ses réquisitions, le procureur de la République, Marc Cimamonti, a évoqué trois départs de magistrats du ministère public.

Il s’est également félicité de l’arrivée de Bertille Catheland-Humblot et Nathalie Huzieux-Droin, affectées à la section du traitement direct, venant respectivement de la cour d’appel de Lyon et du tribunal d’instance de Villefranche-sur-Saône. Des mouvements qui abondent un effectif cible au complet, avec 35 personnes.
Parmi les points importants abordés, Marc Cimamonti a insisté sur le projet de financement de l’assistance aux victimes de faits les plus graves. Financé en partie par le conseil général du Rhône, ce projet a démarré le 1er septembre, après une longue gestation. Parallèlement, le procureur de la République n’a pas manqué de souligner qu’il verrait « d’un bon œil, une Chancellerie moins prolixe en matière de directives et circulaires, qu’il faut à présent mettre en place ».
Quant aux départs, non compensés, annoncés pour octobre prochain, il note que ses services y feront face en donnant la priorité à l’action publique et en s’efforçant de proposer des réponses judiciaires de qualité au service de l’instruction. « Pour les cas difficiles ou délicats, je ferai les choix qui s’imposent », a-t-il ajouté.

« L'effectif théorique reste incomplet »

De son côté, le président du TGI, Paul-André Breton, a insisté sur la situation du personnel dans sa juridiction : « L’effectif dit théorique reste inexplicablement incomplet ». Ainsi, sur un effectif localisé de 106 personnes, 96 postes seulement sont pourvus, ce qui équivaut, avec le jeu des temps partiels, à un déficit de 13 postes.
Pour le chef de juridiction, l’arrondissement de Lyon présente ainsi un fort déficit de magistrats du siège. Déficit d’autant plus incompréhensible qu’il touche des postes stratégiques, pour ne citer que le tribunal d’instance de Lyon, le tribunal pour enfants, le TI de Villeurbanne (déficit de 30 %) ou encore les juges départiteurs prud’homaux du conseil des prud’hommes (déficit de 25 %).
Le TGI de Lyon vient en tous cas d’installer quatorze nouveaux magistrats, sans omettre l’arrivée, bienvenue, de cinq magistrats placés qui vont renforcer temporairement les effectifs de la juridiction (mis à disposition par le Premier président de la cour d’appel de Lyon).
Il est ensuite revenu au directeur de greffe de donner lecture des décrets de nomination, avant que le TGI, partiellement reconstitué, ne reprenne ses activités.

M.G.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide