Fermer la publicité

Installation : Grégoire Dulin, à la tête du parquet de Villefranche

Rhône le 04 juin 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 2058 fois

Installation : Grégoire Dulin, à la tête du parquet de Villefranche
Grégoire Dulin, 38 ans, est le nouveau procureur du tribunal de grande instance de Villefranche-sur-Saône.

Quelques mois après le départ d’Olivier Etienne pour Bordeaux, le tribunal de grande instance (TGI) de Villefranche-sur-Saône a procédé, lundi 19 mai, à l'installation officielle d'un nouveau procureur de la République.

Grégoire Dulin, 38 ans, a passé neuf de ses douze premières années de magistrat au ministère public. Après des études de droit à Chambéry puis Paris, l'homme a entamé sa carrière en 2002 en tant que substitut à Lille, avant de mettre le cap au sud, direction Marseille, en 2005.
Tour à tour substitut puis vice-procureur placé à Aix-en-Provence, il a notamment travaillé sur la délinquance organisée et les règlements de compte qui font régulièrement la une de l'actualité. Le magistrat a ensuite quitté le parquet pour le siège en qualité de vice-président chargé du secrétariat général du TGI. Un poste qui lui a notamment valu d’assurer l'organisation du fameux procès lié au scandale des prothèses mammaires PIP, au printemps 2013 à Marseille.

Une période de turbulences

A Villefranche, le nouveau procureur arrive en pleine période de turbulences. Avec la naissance de la métropole lyonnaise au 1er janvier 2015, la juridiction caladoise est menacée de disparition ; pour le moins, de mise sous tutelle lyonnaise. Un sujet que Grégoire Dulin espère voir rapidement éclairci, afin de préparer collectivement l'avenir.
Dans son premier discours, évoquant les grandes lignes qui conduiront son action, le procureur a appelé à la « poursuite des travaux de simplification du fonctionnement du tribunal », ainsi qu'au « renforcement des liens étroits existant déjà avec le parquet de Lyon ». M. Dulin a également fait part de sa volonté de lutter avec force « contre les infractions qui touchent les plus faibles, mineurs, femmes battues ou personnes vulnérables ».

J.V.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide