Fermer la publicité

Infrastructures - Le canal de Roanne à la pêche au fret

Loire le 05 juin 2014 - Louis Pralus - Roannais - article lu 375 fois

Infrastructures - Le canal de Roanne à la pêche au fret
Tourisme fluvial et fret peuvent cohabiter (D.R.)

Cécile Cukierman et le Parti communiste sont des promoteurs de l'utilisation du canal de Roanne pour le fret.

Ils  font progresser cette idée avec un groupe de travail. Une réunion avait été lancée à Mably le 15 mai 2012 et une autre le 17 juin 2013 à Roanne. Aujourd'hui de nouvelles donnes confortent leur projet.
L'arrivée de la péniche Boulari à Briennon démontre que l'utilisation commerciale du canal de Roanne à Digoin pour le transport du fret est possible en l'état avec des moteurs Freycinet et plus de 200 t de capacité. Pour leur part les exploitants de carrières de granulats témoignent d'un intérêt grandissant  pour ce transport ; l'exploitant de la carrière de Commelle-Vernay, M. Chiaverina, participait à la réunion. Autre argument : le dernier rapport du Giec (groupement d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) tire le signal d'alarme : le réchauffement climatique n'est pas enrayé, bien au contraire.  « Dans ce contexte, souligne C. Cukierman, la reprise de l'activité fret sur le canal serait exemplaire. Des potentialités de transport existent et leur faisabilité doit être étudiée par les différents acteurs économiques, techniques, politiques et environnementaux. »
A l'heure qu'il est, des industriels et institutions seraient intéressés. Cécile Cukierman évoque  les filières bois, sable, verre, les activités des granulats et des graviers, des industries lourdes comme les métaux, les petites pièces mécaniques, et on pense alors au projet de déconstruction qui devrait se réaliser à Roanne. L'agriculture pourrait être intéressée aussi pour des transports de paille. La chambre de commerce est contactée. La nouvelle étape sera de travailler avec elle pour  convaincre les  entreprises pouvant être concernées par le fret fluvial.
La condition d'un redémarrage du fret n'est pas technique. Il peut se faire très vite avec très peu de modifications ; la condition première pour que le fret soit viable c'est que les péniches  ne naviguent pas à vide mais transportent  à l'aller et au retour.  C'est là qu'il faut aller à la pêche aux marchandises !

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide