Fermer la publicité

Infrastructures : La reconstruction du Barrage des Plats presque terminée

Loire le 25 septembre 2014 - Denis Meynard - Sciences, Santé, Environnement - article lu 902 fois

Infrastructures : La reconstruction du Barrage des Plats presque terminée
Marc Petit s'est déclaré dans l'impossibilité de chiffrer le montant global de l'investissement (© Denis Meynard)

La reconstruction du Barrage des Plats touche à sa fin, à Saint-Genest-Malifaux.

Le maire de Firminy, Marc Petit, président du Syndicat des barrages, qui gère l’ouvrage, a annoncé que « la fin des travaux interviendra en novembre. Si nous avons à ce moment reçu les autorisations administratives nécessaires, nous pourrons commencer sa mise en eau, qui prendra plusieurs mois », a-t-il déclaré.
Concernant les 500 parcelles de terrains incluses dans le périmètre de protection des eaux du bassin versant de la rivière Semène, l’élu pense que l’enquête d’utilité publique devrait être lancée début 2015 à Saint-Genest-Malifaux, Marlhes et Jonzieux. Le début du prélèvement d’eau pour alimenter quelque 50 000 habitants de 18 communes réparties entre la Loire et la Haute-Loire pourrait intervenir à partir de l’automne 2015, si aucun nouvel obstacle n’intervient d’ici là, estime-t-il. Faisant part de son impatience, d’autant plus que le Barrage de l’Echapre, qui a une capacité de 0,85 million de mètres cubes, contre 1,5 million pour celui des Plats, « ne respecte pas la réglementation environnementale ».
La fin du chantier du barrage situé sur la commune de Saint-Genest-Malifaux, neutralisé depuis 2005, après le constat de sa dégradation, intervient un peu plus de deux ans après le démarrage des travaux, en septembre 2012. Cela s’est traduit par l’injection de près de 10 000 m3 béton compacté roulés sur l’édifice. Le retard pris par rapport au calendrier initial se traduit par la demande d’importantes indemnités de la part du groupe Bouygues, selon Marc Petit, qui n’a pas souhaité communiquer le chiffrage faisant l’objet de négociations.
Un recours en référé d’associations de protection de l’environnement contre le nouvel arrêté préfectoral a été rejeté par le tribunal administratif en juin, mais un autre sur le fond demeure. Parmi les mesures complémentaires envisagées, figure la réalisation d’un bras de rivière de contournement du barrage, pour limiter l’impact environnemental sur la rivière.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide