Fermer la publicité

Industrie - L’Imprimerie forézienne liquidée

Loire le 17 avril 2014 - Denis Meynard - Forez - article lu 732 fois

Industrie - L’Imprimerie forézienne liquidée
Une nouvelle disparition dans le paysage de l'imprimerie ligérienne (D.R.)

Placée en redressement judiciaire en juin dernier, l’Imprimerie forézienne et Buck Print, la holding de son actionnaire Pascal Buclon, ont finalement été liquidées la semaine dernière par le Tribunal de commerce de Saint-Etienne.


Le dirigeant, qui avait fait l’acquisition de cette entreprise de Feurs au printemps 2010, n’étant pas en mesure de présenter un plan de continuation, une tentative de cession avait été effectuée par l’administrateur judiciaire. Sans qu’aucune offre ne soit finalement déposée. L’effectif avait été ramené à 23 salariés, après le licenciement de 9 personnes et le départ volontaire du directeur Jacques Temey. Pour autant, depuis l’ouverture de la procédure collective, l’entreprise a continué à perdre chaque mois de l’argent, portant son passif cumulé de 760 000 € à près de 1 M€, selon Jean-Baptiste Richard, délégué du personnel et représentant de la Filpac-CGT.
Il estime que la disparition de la PME de Feurs, dont le chiffre d’affaires atteignait 5,4 M€, avec un résultat net négatif de 263 000 € en 2012 résulte d’une « mauvaise gestion financière et commerciale ». Evoquant « un investissement désastreux financé par une banque allemande », à propos de l’acquisition pour 1,8 M€ d’une nouvelle presse offset KBA Rapida 106 (cinq couleurs + vernis), d’une capacité de 18 000 feuilles/h pour remplacer une des deux presses de la société. Les résultats dégagés n’ont pas permis de rembourser cette acquisition ainsi que les investissements effectués dans le renouvellement du parc informatique et  l’acquisition d’un nouveau système « Computer to plate » pour cet imprimeur généraliste (catalogues, plaquettes, dépliants…) qui avait développé des spécificités telles que les produits à encre odorante, les cartes à gratter, les objets publicitaires et le packaging.
L’Imprimerie forézienne, créée en 1978, travaillait en grande partie avec des agences, mais aussi en direct avec des entreprises ou des collectivités. La moitié de son activité était réalisée en dehors de Rhône-Alpes, notamment sur la région parisienne.  La propriété des 2 600 m2 de bâtiment de Feurs, où elle était installée depuis 1989, avait été conservée par ses fondateurs Serge Bertholon et Daniel Duverger, via la SCI Chemin de la Barre, au moment de leur départ en retraite, et de la vente de la société, voici quatre ans.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide