Fermer la publicité

Industrie/Béal s’agrandit à Pont-Evêque

Isère le 29 mai 2014 - Antonio Mafra - Centre-Isère - article lu 1374 fois

Industrie/Béal s’agrandit à Pont-Evêque
Michel Béal, Pdg de l'entreprise viennoise qui emploie au total 250 personnes (© A. Sanhueza)

Spécialisé dans les cordes pour la montagne et les travaux en hauteur (nettoyage de façades d’immeubles et de falaises, travail sur pylônes électriques…), Béal contrôle 25 % du marché mondial sur son secteur.

Son modèle industriel et le poids de l’exportation (60 % des ventes) exigent un dispositif logistique gourmand en espace. Saturé, le site historique ne répond plus aux exigences d’un groupe qui, l’an dernier, a réalisé 14 M€ de chiffre d’affaires, en repli de 5 %.
Michel Béal, le Pdg de l’entreprise viennoise, explique ce recul par la crise qui touche le BTP et un printemps 2013 affecté par une mauvaise météo qui a découragé les alpinistes et amateurs d’escalade.  « Cette année, nous ne devrions pas faire mieux, explique le dirigeant. En revanche, avec le lancement de nouveaux produits, nous renouerons avec une croissance significative dès 2015 ». Au chapitre des nouveautés, la corde flottante, lancée l’an dernier, commence à s’imposer sur les plateformes pétrolières.
Depuis quelques mois, Béal s’intéressait au site de R2R, une société de film d’emballage en liquidation judiciaire. Le leader mondial de la protection verticale a mobilisé 1,2 M€ pour racheter ce site, implanté à Pont-Evêque, offrant 8 000 m2 de surface sur un terrain de plus de trois ha qui pourrait accueillir des extensions ultérieures. En bon état, idéal pour le stockage avec un préau élevé, exigeant peu de frais de remise en état, ce site va accueillir, dès le mois de juillet, le personnel d’Edelweiss, la filiale de Béal installée à Saint-Chamond. Le site ligérien sera vendu dans les prochains mois.
Rappelons que Béal emploie 250 personnes, dont 80 à Vienne, où elles sont mobilisées sur les activités de R&D, commerciales et logistiques. Les quelque 170 autres collaborateurs travaillent dans la filiale malgache où les cordes sont produites.

Antonio Mafra



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide