Fermer la publicité

Immobilier /Mademoiselle « Immo » chasse pour vous

Isère le 22 août 2014 - Laurent Marchandiau - Immobilier et BTP - article lu 1468 fois

Immobilier /Mademoiselle « Immo » chasse pour vous
Virginie Michau, gérante et fondatrice de Mademoiselle Immo (© FC)

Et pourtant une solution existe : faire appel à un chasseur de biens.

Entretien avec Virginie Michau, gérante de Mademoiselle Immo.

Pourquoi avoir choisi de devenir chasseur de biens immobiliers ?

Après ma formation à l’ICH (Institut de la Construction et de l’Habitat), j’ai travaillé pendant 15 ans dans l’immobilier entre Londres et Paris. Lorsqu’est apparue en France, la profession de chasseur de biens immobiliers, j’ai sauté le pas dès 2006, faisant ainsi partie des tout premiers professionnels de ce type. Cinq ans plus tard, j’ai décidé de lancer ma propre structure, Mademoiselle Immo, afin de me consacrer pleinement à trouver des biens pour des clients à Grenoble, Londres et Paris. Il faut savoir qu’en général, les chasseurs de biens immobiliers s’installent dans des grandes agglomérations dépassant le million d’habitants. S’implanter à Grenoble fut pour moi un pari ! L’agglomération est assez étendue avec un fort tissu économique et un dynamisme certain. C’était l’une des villes où cela pouvait marcher !

Quelles raisons poussent les personnes à recourir à un chasseur de biens ?

Rechercher un bien immobilier demande du temps et de l’énergie pour trouver le « produit » selon leurs critères. Il n’est pas évident pour un futur acquéreur de connaître les prix du marché, les marges de négociation possible. Parfois les négociations peuvent s’étendre sur 2-3 mois, il faut avoir les nerfs solides ! C’est précisément là que nous intervenons. Nous nous chargeons de A à Z de rechercher le bien qui correspond à leurs attentes selon leur budget. Nous les conseillons pour estimer et négocier leur achat. Par notre connaissance de notre secteur, nous disposons d’un réseau important tant au niveau des agences que des notaires, nous permettant de dénicher des biens en « avant-première » pouvant répondre à leurs besoins.

En quoi vos services sont-ils différents de ceux d’une agence immobilière classique ?

Notre vocation est d’apporter un service sur-mesure à nos clients. Nous identifions leurs besoins, les conseillons, recherchons les biens en adéquation avec leurs désirs, sécurisant l'achat jusqu’à la signature de l’acte authentique. À la différence d’un agent immobilier « classique », nous défendons à 100 % les intérêts de l’acquéreur. Nous sommes là pour satisfaire sa demande. Pour un travail de qualité, nous ne travaillons qu’en mandat exclusif à raison de quatre demandes prises en simultanée.

Comment se déroule votre recherche ?

Après un premier entretien téléphonique permettant de définir les grandes lignes du projet, nous nous rendons chez le client, dans la mesure du possible, afin d’établir un cahier des charges précis recensant ses critères de recherche (secteur géographique, type de bien, proximité des commerces, écoles, etc.). Cela nous permet également d’identifier son lieu de vie, de nous faire une idée sur ses goûts… Dans un second temps, nous mettons en place le mandat de recherche. Pendant toute la durée de la recherche, le client n’aura qu’un interlocuteur unique qui lui rend compte régulièrement de ses avancées. Le chasseur de bien sélectionne et visite les appartements ou maisons qui peuvent convenir et transmets aux clients un rapport de visite détaillé. Nous accompagnons nos clients jusqu’à la signature de l’acte authentique et à la remise des clés chez le notaire.

De quelle manière vous rétribuez-vous ?

Nos honoraires sont dus que si nous trouvons le bien dès lors que les clés sont remises aux propriétaires et que l’acte de vente est ratifié. Pour les biens inférieurs à 140 000 €, nos honoraires s’élèvent à 6500 €, pour un montant supérieur, un barème est appliqué allant de 4,75 % (pour des biens d’une valeur de 140 001 € à 250 000 €) à 2,75 % (pour des biens d’une valeur supérieure à 850 001 €). Une agence immobilière prend au moins 5 % lors d’une transaction. Lorsque le bien est trouvé par l’intermédiaire d’une agence immobilière, il n’y a, la plupart du temps, pas de surcoût. En effet, dans l'intérêt de nos acquéreurs, nous essayons toujours de faire un partage d'honoraires avec l'agence vendeur (inter-cabinet). Par exemple, pour un appartement vendu à 210 K€ frais d’agence inclus (soit 200 K€ net vendeur et 10 K€ TTC d’honoraires pour l’agence immobilière ayant mis en vente le bien), nous partageons avec l’agence les 10 K€ TTC. Si l’agence ne souhaite pas partager ses honoraires, nous baissons nos honoraires de 20 % !

Quelles sont vos demandes en ce moment ?

J’ai de nombreuses demandes de personnes revenant en France souhaitant acquérir un bien. Ce sont généralement des personnes qui ont étudié ou vécu sur le bassin grenoblois, qui, leur diplôme en poche, sont parties vivre à l’étranger. Ils reviennent avec une femme, des enfants ainsi qu'avec un fort apport personnel et peinent, malgré tout, à trouver un bien correspondant à leurs attentes. Quand ils sont partis, ils avaient estimé leur budget à 350 K€ - 450 K€. Or en l’espace de 15 ans, le prix de l’immobilier a augmenté. D’autres, souhaitent vendre leur bien pour se rapprocher de Grenoble car ils ont mal estimé la distance lors de leur première acquisition.

De Grenoble à Londres

Depuis plus d’un an, Mademoiselle Immo propose l’acquisition de biens immobiliers à Londres par l’intermédiaire d’une équipe bilingue installée à Holland Park. « Acheter à Londres est quasi impossible sans être accompagné. Il faut savoir que la procédure d'achat d'un bien immobilier en Angleterre est différente de la procédure française et peut paraître complexe. Le marché londonien est très réactif, pour ne pas se tromper et réagir vite, il vaut mieux bien connaître les quartiers et se faire épauler par un professionnel. Avec un taux de change intéressant comme en ce moment, nous avons beaucoup de demandes pour des investissements. Nous proposons de tout prendre en charge et de sécuriser les achats sur la capitale britannique », conclut Virginie Michau, gérante de Mademoiselle Immo.


Propos recueillis par Laurent Marchandiau



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide