Fermer la publicité

Immobilier en Isère : entre manque de visibilité et réajustement des prix en 2014

Isère le 20 février 2015 - Eric SEVEYRAT - Immobilier et BTP - article lu 466 fois

Immobilier en Isère : entre manque de visibilité  et réajustement des prix en 2014

Un marché manquant de visibilité impacté par la loi Alur, tandis que la tendance est au réajustement au niveau des prix. Tel est le constat réalisé par le président de la FNAIM-38, Vincent Delaunois, lors de la présentation annuelle du marché de l'immobilier.

En dépit des conditions de crédits bancaires favorables, le marché de l’immobilier isérois en 2014 s’est voulu relativement atone. En atteste le bilan annuel présenté par la FNAIM 38, vendredi dernier. Et pour cause ! Manque de confiance des ménages au vu du contexte économique français, impact de la loi Alur sur l’ancien comme sur le neuf avec une baisse de 20 % des volumes dans la Vefa par rapport à 2011… Conséquence : les ventes d’appartements et de maisons stagnent tandis que les prix tendent à se réajuster avec une baisse de 2,54 % pour les appartements sur le département et de 3,16 % (à 2531,65 €/m²) sur Grenoble. Un marché où il devient de plus en plus difficile d’analyser. « Donner une moyenne du marché est difficile. Aujourd’hui, nous ne pouvons plus indiquer un prix moyen, il faut réaliser une analyse sectorielle », confie Vincent Delaunois, président de la FNAIM 38. Et de prendre comme exemple, le secteur de la Villeneuve qui a enregistré la plus forte baisse des prix (soit -25,03 % à 1462,19 €/m² en 2014 contre 1950,24 €/m² en 2013.) « Nous avons ici un prix moyen de 1462,19 €/m². Or il y a des écarts importants entre les quartiers, des appartements s’étant vendu pour 800 €/m² soit 55 000 € un 70 m² ! » Il en va de même pour Berriat qui a subi une baisse de 13,64 % du prix de vente des appartements à 2370,26 € /m² l’an dernier contre 2744,68 €/m² en 2013. Là, la tendance est au réajustement. Sur Grenoble intra-muros, la baisse des prix concerne principalement les petites surfaces (T1 majoritairement) tandis que les grandes surfaces type T5 progressent légèrement. Au niveau locatif, les loyers restent stables, diminuant de 0,19 % en Isère et progressant de 0,44 % sur la Métro et de 0,52 % sur Grenoble. Des loyers qui restent au-dessus du plafond de la loi Pinel (10 €) avec une moyenne de 10,76 € sur le département et de 11,49 € sur Grenoble. « C’est un marché bloqué, car réglementé sur le bassin grenoblois. De ce fait, on dissuade les investisseurs alors que le logement locatif doit être soutenu. » Pour les professionnels de l’immobilier, cette année sera le bon moment pour les ménages d’investir du fait des taux d’intérêts bas et du réajustement à la baisse des prix. Reste à savoir si la confiance des ménages reviendra pour se lancer de nouveau dans des projets immobiliers…
Laurent Marchandiau



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide