Fermer la publicité

Immeuble du Royal à Saint-Etienne : plus de 50 % des logements vendus

Loire le 05 janvier 2017 - Sophie Bonnevialle-Chesneau - Agglomération stéphanoise

Immeuble du Royal à Saint-Etienne : plus de 50 % des logements vendus

Le programme haut de gamme en lieu et place de l'ancien cinéma avenue de la Libération est prévu pour la fin 2017 / début 2018. D'orès et déjà, 18 logements ont été vendus depuis début 2015, période du début de la commercialisation.

Le 13 décembre dernier, la symbolique première pierre de l’immeuble stéphanois a été posée. Un bâtiment qui s’annonce de grand standing. Il comprend huit étages, 28 logements du T2 au T7 (dont trois lofts avec terrasse), 34 places de parking en sous sol sur deux niveaux, des surfaces commerciales. « Il va sortir de l’ordinaire, dans un style très contemporain, dans l’esprit des grands immeubles de l’Avenue de la Libération », expliquait Fabien Jallon, architecte au sein de XXL Atelier. Le cabinet stéphanois fait partie des trois investisseurs du « Royal Libération » : le projet est conjointement porté par Lotir Rhône Alpes (Gilles Aulagnier), Wall invest et donc le cabinet d'architectes. Le coût du projet est de 4,4 M€.

Les très grands appartements sont les plus vendus

Selon Gilles Aulagnier, gérant de la société dédiée au projet de 3 300 m2, ces appartements haut de gamme « se vendent très bien », nous précisait-il le le 13 décembre à propos de ce bâtiment dont la façade sera habillée d'acier. Le type de biens qui séduisent le plus sont surtout les « très grands appartements, sur les parties hautes du bâtiment avec de grandes terrasses ». Le type de clientèle pour ces logements haut de gamme sont selon lui « des gens qui ont envie de revenir en ville, de céder leur maison à la campagne pour se rapprocher des services ». À propos des surfaces commerciales du rez-de-chaussée et du premier étage, respectivement de 380 m2 et 420 m2, elles n'ont pas été vendues pour l’instant. Rien d'inquiétant, selon Victor Aulagnier, chargé de projet sur le programme stéphanois « on va les vendre ou les louer, mais cela aura lieu juste avant la livraison, c'est toujours le cas dans ce genre de programme ». En terme de commerce, au rez de chaussée, on pourrait trouver « plutôt du service, pas de restaurant ou des enseignes que l’on n'a pas encore à Saint-Étienne », nous avait indiqué Gilles Aulagnier en décembre.

Dans le même quartier, ce seront à terme trois immeubles de standing qui verront le jour : la transformation de l'Hôtel Colcombet (également un projet de Gilles Aulagnier) et l’immeuble Equinoxe place Jean Moulin par FG Investissements. Dans ce dernier, 70 % des logements ont été vendus depuis 2016.

Sophie Bonnevialle-Chesneau

 

 

ns



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide