Fermer la publicité

Imebio, le labo en kit

le 28 mai 2015 - Arnaud DE JUBECOURT - Sciences, Santé, Environnement - article lu 445 fois

Imebio, le labo en kit
Un labo transportable d'Imebio

Parmi les sociétés innovantes en Isère, Imebio occupe une place de choix : l'entreprise a en effet réussi à rendre mobiles les laboratoires de recherche.

Imebio propose des labos transportables par camion, bateau, avion ou train puisqu’ils sont produits au format et à l'intérieur d’un conteneur. Ces unités mobiles permettent d’effectuer des analyses dans n’importe quel lieu de la planète, qu’il s’agisse d’étudier une épidémie suite à un tremblement de terre, ou de faire des tests microbiologiques pour l’armée ; elles peuvent être utilisés aussi par les ONG ou par des entreprises pour des analyses locales ponctuelles, des pics d’activités ou un dépannage, à côté de leur laboratoire principal ou au bout du monde. Un module complet et autonome peut être mis à disposition en un temps très court avec les mêmes performances qu’un laboratoire en dur, en répondant aux normes exigées pour des laboratoires de type P2 ou P3, c’est-à-dire nécessitant un confinement très poussé pour assurer la sécurité tant des opérateurs que des populations alentours.

Autonomie totale si nécessaire...

Un tel  labo transportable peut fonctionner en autonomie totale, grâce à ses réserves en eau, électricité, fluides techniques ; ses consommations électriques sont très basses pour augmenter encore l’autonomie. Pour fabriquer ce bijou, Imebio rassemble sur quelques m² des technologies diverses : cloisons en résine spéciale soudées sans angles, isolation en matériaux adaptés permettant des assemblages parfaits, sas et cellules avec surpression et filtration des flux, performances des équipements installés : ceux ci incluent systèmes de décontamination, douches spéciales, videophone, écrans de contrôle tactiles, autoclave, centrifugeuses et hypercongélateurs (à -80°), sans oublier le groupe électrogène qui peut rendre le module indépendant de tout réseau.

Dirigée par Jean François Jung, son jeune créateur qui gére plusieurs sociétés mais a décidé de consacrer récemment davantage de temps  à Imébio, l’entreprise emploie une quinzaine de personnes. Son avenir semble prometteur, porté par un réseau de compétences croisées de haut niveau en ventilation, contrôle d’atmosphère et biologie ; pour preuve, on y trouve l’Institut Mérieux qui est même actionnaire (minoritaire) de la société. Celle ci a récemment déménagé de Rochetoirin à Seyssins dans une perspective de croissance et vient de recruter une commerciale afin d’accélérer son développement. Imebio escompte un objectif de l’ordre de 1M€ pour les deux prochaines années, en portant l’Isère aux quatre coins du monde.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide