Fermer la publicité

Gauche république et citoyenne veut « faire de la politique autrement »

Loire le 17 juillet 2015 - Louis Pralus - Politique - article lu 93 fois

Gauche république et citoyenne veut « faire de la politique autrement »

Le nouveau groupe Gauche républicaine et citoyenne au département, composé de trois élus roannais, veut faire entrer la vraie vie dans la politique.

Jean Bartholin, Violette Auberger et Pascale Vialle-Dutel composent ce groupe ; les deux premiers sont élus du rural, la troisième de  Roanne. Leur motivation est de « redonner la parole aux citoyens », de « parler de la vraie vie », « d'être  en contact avec le terrain ».  Aussi leur participation au conseil du Département veut être une attention au plus près des gens et des réalités. Ils ont déjà imprimé leur marque par un amendement et par un voeu à la directrice de l'agence régionale de santé.

L'amendement concerne la solidarité territoriale. Jean Bartholin monte au créneau pour défendre les petits investissements dans le rural ; jusque-là une enveloppe était  plafonnée à 7 000 € pour chaque conseiller général rural. L'intention du Département était de faire une enveloppe unique. Jean Bartholin a proposé des enveloppes de solidarité intra cantonale pour respecter l'équité, préserver la proximité et faire appel à la solidarité des élus : « On s'entend entre collègues et si l'un a des besoins plus urgents on lui laisse la place ».

Le voeu à la directrice de l'ARS fait suite à la fermeture de  la maison de retraite de Saint-Jodard. Les 25 places de cet établissement, qui vont disparaître, sont à la disposition de l'agence régionale de santé qui peut les utiliser où bon lui semble. Les élus Gauche républicaine et citoyenne demandent qu'elles restent affectées au bassin de santé roannais et aux moyens de sa filière gérontologique car « il y a un manque de lits médicalisés qui devient alarmant en structure Ehpad sur l'agglomération et l'ouest de l'arrondissement de Roanne ».

Devant ce problème de listes d'attente partout Violette Auberger lance une idée : « Pourquoi ne pas développer les maisons d'accueil pour personnes âgées ? Le département a son rôle  à jouer en la matière. Il y a seulement une quarantaine de maisons d'accueil dans la Loire. C'est une structure familiale idéale et ce n'est pas très coûteux. »

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide