Fermer la publicité

HydroQuest lance sa gamme d'hydroliennes fluviales

Isère le 05 juillet 2015 - Laurent Marchandiau - Tech et Médias - article lu 396 fois

HydroQuest lance sa gamme d'hydroliennes fluviales
DR - Une hydrolienne fluviale développée par HydroQuest mesurant entre 5 et 6 m de haut.

Quelques mois après avoir tissé un partenariat avec les Constructions mécaniques de Normandie (CMN), le fabricant meylanais d'hydroliennes HydroQuest, lance la commercialisation de sa gamme d'hydroliennes fluviales après deux d'expérimentations.

C’est une étape clef dans le développement stratégique du concepteur et fabricant d’hydroliennes, HydroQuest, implanté à Meylan. Après deux ans d’expérimentations sur la rivière Oyapok en Guyane et au cours des six derniers mois sur la Loire à proximité d’Orléans, la startup iséroise débute la commercialisation de sa gamme d’hydroliennes fluviales - HydroQuest River – marquant ainsi le début officiel de son partenariat avec CMN (Constructions mécaniques de Normandie.)

Depuis le 28 octobre, HydroQuest était entré au capital à hauteur de 10 % de CMN afin de concevoir une ferme pilote d’hydroliennes marines en Basse-Normandie réponse à l'appel de l'Ademe. Un programme baptisé Searieus doté d’une enveloppe de 103 M€ (210 M€ sur 20 ans), qui avait été finalement retoqué au profit des groupes GDF Suez et EDF Énergies Nouvelles. La commercialisation de ses hydroliennes fluviales concrétise donc le lancement effectif de son partenariat avec CMN. Fabriquée au sein des Constructions mécaniques de Normandie, la gamme HydroQuest River compte deux hydroliennes spécifiques, l’une d’une puissance de 40 kW (soit un coût au mégawattheure de 50 € équivalents à celui du nucléaire), l’autre de 80 kW.

La particularité de ces produits réside dans leur conception atypique utilisant l’énergie cinétique des cours d’eau. « « Nos produits reposent sur une technologie à deux axes verticaux à flux transversaux, augmentant fortement la productivité de nos hydroliennes, la génératrice étant déportée ne perturbant pas l’écoulement », confie Jean-François Simon, président d’HydroQuest. Cette technologie de rupture offre à la fois une maintenance réduite et un rendement proche des solutions concurrentes plus onéreuses. Avec cette gamme, la société comptant 12 salariés, vise tant le marché français qu’Italien en passant par le Brésil, la Russie, l’Amérique Latine, l’Asie et l’Afrique.

Laurent Marchandiau



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide