Fermer la publicité

Exposition : Histoires de coiffures à faire tourner la tête

Loire le 18 avril 2015 - Béatrice Perrod-Bonnamour - Expositions - article lu 644 fois

Exposition : Histoires de coiffures à faire tourner la tête
DR

Réalisée par Alain Ducher et Aline Traclet, coiffeur et chapelière-modiste depuis 40 ans, l'exposition présente à l'abbaye de Charlieu 80 coiffures féminines de la Haute Égypte à 1945. Ébouriffant !

« C’était en 1986. J’ai réalisé, appuyé d’un mémoire, une coiffure historique, celle de Marie-Stuart. Cela m’a donné l’idée de reconstituer d’autres coiffures », explique Alain Ducher, meilleur ouvrier de France et formateur national. Avec Aline Traclet, d’une famille de chapeliers depuis trois générations, ils ont conçu et monté cette exposition pédagogique.

« La coiffure historique n’est plus enseignée depuis 1932, si bien que ce savoir lié à la mise en scène du corps social est aujourd’hui très peu diffusé sauf pour des tournages de films historiques », raconte Gwenole Le-Goué-Sinquin, médiateur cuturel. « Les modèles antiques ne posent pas de problèmes particuliers, souvent dotés de cheveux bouclés ou frisés. Mais il en va autrement pour d’autres époques, telle la mode au Moyen Àge, où l’on masque les chevelures sous par exemple un hénin. La coiffure ne désigne  pas encore la mise en valeur des cheveux, mais le travail du chapelier sur des éléments qui les masquent. Il faut attendre 1850-1870 pour que la coiffure désigne la mise en valeur capillaire. »

Alain Ducher a réalisé à partir de véritables cheveux, sur tête de buste animé pour pouvoir tourner (œuvre de M. Ligout) quelque 80 coiffures. Ainsi la chevelure de Marie Stuart remonte-t-elle, apprêtée en forme de cœur, au somment du crâne. Le montage est renforcé par un attifet. Des perles dont l’une retombe sur le front,  agrémentent la coiffure. « Les cheveux sont relevés en raison de la mode des fraises, des collerettes. »

Plus loin, on retrouve le visage de Élisabeth d’Angleterre, dite la reine-vierge, surmonté d’une masse de cheveux en pyramide sur la tête. « Pour marquer justement son haut rang ». En revanche la belle Sissi, porte les cheveux longs sur les épaules. Des postiches épaississent la coiffure, avec tresses, strass, étoiles-bijoux. « Cette coiffure très technique a été extrêmement difficile à exécuter », confie l’artiste coiffeur.

Aline Traclet, fidèle à la mode de l’époque, a conçu, réalisé les chapeaux, les vêtements et accessoires habillant les bustes. Elle a fait appel à de grandes maisons charliendines notamment Muguet, Buche-Guillaud… et au musée de la Soierie de Charlieu. Une belle Histoire de la coiffure brossée au cours des siècles !

Béatrice Perrod-Bonnamour

Histoires de coiffures, abbaye de Charlieu jusqu’au 30 août.

Ouverture d’avril à juin tous les jours sauf le lundi de 10 à 12 h 30 et de 14 h à 18 h 30 ; en juillet et août, tous les jours de 10 h à 12 h et de 13 h à 19 h.

Résidence des artistes, vendredi 17 juillet et dimanches 10 mai, 14 juin, 2 août.

Ateliers enfants organisés à partir de 15 h 30 les vendredis 17 et 24 avril, 24 juillet, 7, 14, 21 et 28 août.

Informations pratiques

Tél. : 04 77 60 09 97 ; abbayedecharlieu@cg42.fr ; www.loire.fr/patrimoine



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide