Fermer la publicité

High Tech U : susciter les vocations scientifiques chez les jeunes

Isère le 19 mars 2015 - Laurent Marchandiau - Région grenobloise - article lu 252 fois

High Tech U : susciter les vocations scientifiques chez les jeunes
DR - Près de quarante lycéens ont participé chez STMicroelectronics à l'initiative High Tech U.

Susciter les vocations scientifiques et d'ingénieurs chez les jeunes. C'est l'ambition du programme « High Tech U » créé par la fondation SEMI. Pour sa quinzième édition qui s'est tenu du 4 au 6 mars dernier, STMicroelectronics, Soitec et Grenoble INP ont accueilli une quarantaine de lycéens de l'agglomération grenobloise.

Pendant trois jours, une quarantaine de lycéens de l’agglomération grenobloise ont pu découvrir – à travers des ateliers ludiques – le monde industriel et des nanotechnologies dans le cadre de la quinzième édition du programme « High Tech U. » Initiée par la fondation SEMI, une association d’industrielle mondiale comptant plus de 2 000 membres dont STMicroelectronics, Soitec et Grenoble INP, ce programme a pour ambition de sensibiliser le monde de l’éducation au domaine des hautes technologies  tout en suscitant des vocations auprès des jeunes.

Visant les lycéens de seconde montrant des aptitudes pour les mathématiques, les sciences et les technologies qui n’ont pas encore choisi leur orientation, quatre lycées du bassin grenoblois ont participé à cette session (Aristide Bergès de Seyssinet, Marie Reynoard de Montbonnot, Emmanuel Mounier et Pierre Termier de Grenoble.) En tout, pas moins d’une quarantaine de jeunes et de professeurs ont assisté du 4 au 6 mars dernier à différents ateliers chez ST, Grenoble INP/Minatec et Soitec, le tout agrémenté de visites des sites (salles blanches, labos, showroom…) Ainsi, ils ont pu prendre part à l’activité « Le calculateur humain », un exercice interactif semblable au jeu « Twister » ou, tout en se positionnant sur un tapis, ils ont simulé le flux des électrons dans un microprocesseur.

L’objectif de cet atelier vise à leur faire comprendre les concepts de la synthèse de fonctions logiques, très présents dans le développement et la fabrication des puces électroniques. En l’espace de dix ans, la fondation a organisé plus de 170 sessions auxquels ont participé plus de 6 000 étudiants et professeurs. Lancé à Grenoble en 2007, 15 sessions ont été effectuées à ce jour avec sept lycées soit près de 550 élèves accueillis.

Laurent Marchandiau



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide