Fermer la publicité

Hervé Morin (UDI) en campagne à Saint-Etienne

Loire le 12 septembre 2014 - Mathieu Ozanam - Politique - article lu 729 fois

Hervé Morin (UDI) en campagne à Saint-Etienne
Hervé Morin entouré de ses soutiens.

« Je veux construire une majorité alternative à l'UMP et au PS, mais sur une majorité d'idées », insiste Hervé Morin.

« Je ne me compare pas », décline-t-il quand on l’invite à développer son avantage compétitif face à ses concurrents. D’autres n’hésitent pas à le faire pour lui. « Dans la bataille interne il est important pour nous que ce soit un centriste de longue date », énumère Lionel Boucher. « Hervé Morin a aussi une notoriété qui est importante pour que la parole porte. »

Engagé dans la campagne interne à l’UDI, le président du Nouveau fait un tour de France des fédérations. A Saint-Etienne il était accueilli par ses soutiens dans la Loire, les adjoints au maire de Saint-Etienne Gilles Artigues, Paul Corriéras et Lionel Boucher, la présidente du Nouveau Centre Loire, Nicole Forest, et par Eric Berlivet, le maire radical de Roche-la-Molière. Au programme : un passage en mairie de Roche-la-Molière, une rencontre avec la presse à Saint-Etienne, un petit crochet à la mairie pour saluer le maire UMP Gaël Perdriau qu’il était venu soutenir au cours d’un meeting, puis direction le meeting organisé avec les militants favorables à sa candidature.

Dans sa vision de la situation politique actuelle, Hervé Morin estime qu’il « faudra une évolution institutionnelle » de la Ve République. « Nous étions dans un schéma qui correspondait à une période de l’histoire qui était la décolonisation. Nous pensons qu’il y a une nécessité à introduire une dose de proportionnelle et qu’il faut revoir le couple président de la République-premier ministre ». L’ancien ministre veut s’adresser au-delà de son camp en citant les « centristes de l’UMP et les écologistes qui ne se reconnaissent pas dans Cécile Duflot ». Car attention, la compétition pour devenir le prochain président de l’UDI n’est pas une primaire déguisée pour 2017. « Je vais rassembler avant de savoir qui sera le plus à même de porter les couleurs de l’UDI. Ce sont les Français eux-mêmes qui désigneront leur candidat. » Autrement dit les sondages d’opinion. « C’est ce qui s’est passé avec Nicolas Sarkozy contre l’avis des instances dirigeantes de l’UMP à l’époque de Chirac et avec Ségolène Royal. »

Les militants sont appelés à voter entre le 8 et le 15 octobre pour le 1er tour et du 30 octobre au 5 novembre pour le 2nd tour pour choisir entre Jean-Christophe Fromantin, député-maire de Neuilly-sur-Seine d’Yves Jégo, député de Seine-et-Marne, de Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy, et Hervé Morin.

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide