Fermer la publicité

Hôpitaux de la Loire : diagnostic réservé

Loire le 12 juillet 2014 - Mathieu Ozanam - Actualités - article lu 1363 fois

Hôpitaux de la Loire : diagnostic réservé
De g. à d. : Véronique Wallon, directrice de l'ARS Rhône-Alpes ; Céline Vigné, directrice de l'offre de soins ; Marc Maisonny, délégué départemental de l'ARS (D.R.)

« Le démantèlement des hôpitaux de la Loire est passé à la vitesse supérieure (…).

C’est à grands pas que la nouvelle directrice de l’ARS organise un massacre sans précédent des services hospitaliers de notre département », accuse dans son appel à la mobilisation l’union départementale CGT Santé et action sociale dans la Loire. Une trentaine de personnels de santé avait répondu à l’appel du syndicat en venant manifester devant la préfecture de la Loire lundi 7 juillet, alors que Véronique Wallon, la directrice de l’Agence régionale de la santé, était reçue.
Le secteur hospitalier public présente un mauvais bilan santé dans le département : le centre hospitalier de Roanne a été placé sous administration provisoire pour un an ; l’hôpital du Pays du Gier proteste contre la fermeture d’un service de chirurgie « pour être transformé en service de médecine gériatrique » ; le centre hospitalier du Forez réunissant les hôpitaux de Feurs et de Montbrison s’inquiète pour son avenir. Quant au CHU de Saint-Etienne, il a signé en décembre 2013 un contrat de retour à l’équilibre financier avec l’ARS. Objectif : 10,2 M€ d’économies à réaliser en l’espace de 4 ans. Dernière touche à apporter au tableau : l’institut de cancérologie de la Loire est passé sous la direction par intérim du directeur du CHU et craint d’être purement et simplement absorbé. Sur ce dernier point Véronique Wallon s’en tient à la lettre de mission adressée au directeur qui est de « commencer à redresser la situation financière de l’ICLN ». Le scenario de la fusion totale semble écarté, de même que celui de « l’étanchéité totale ».

Des collaborations insuffisantes

Accompagnée du délégué départemental de la Loire de l’ARS, Marc Maisonny, et de la directrice de l'efficience de l'offre de soins, Céline Vigné, Véronique Wallon a rencontré la presse pour expliquer la méthode de travail qui était mise en place pour travailler sur une recomposition en Loire Sud de l’offre publique de soins. Du point de vue du bilan tout d’abord, l’ARS estime que « les plateaux technique sont chers et sous-utilisés ». L’activité des hôpitaux est en légère baisse (d’environ 1 %), alors que la croissance est de 3,9 % en Rhône-Alpes. Et dans le même temps les indicateurs de santé de la population ligérienne se dégradent. La raison ? Un problème de démographie médicale avec un nombre de médecins en nombre insuffisants pour utiliser les équipements. Quand ils ne se font pas directement débaucher par le secteur privé. Des urgentistes du CH du Forez ont ainsi rejoint la clinique du Parc.
Vers quoi faudrait-il tendre ? « Les établissements sont confrontés aux mêmes difficultés de démographie médicale. Au lieu d’être en concurrence les uns avec les autres, il faut que les hôpitaux collaborent davantage. » Et quand on évoque les communautés hospitalières de territoire (CHT), prévues par la loi de 2009 « Hôpital, patients, santé, territoires », qui devaient justement aider à de meilleures collaborations, la réponse de Véronique Wallon est nette : « les CHT n’ont pas abouti, les hôpitaux n’y sont pas arrivés car ils sont restés centrés sur eux-mêmes ».
Un diagnostic est en train d’être établi par l’ARS Rhône-Alpes et doit être rendu public à la rentrée. Des débats seront organisés vers les mois de novembre ou décembre. Avec pour ambition de repenser le parcours de soins d’un patient.

Mathieu Ozanam


Une méthodologie similaire

La Loire n’est pas la seule à être engagée dans une démarche de diagnostic. C’est également le cas en Tarentaise, dans la communauté hospitalière de territoire Belley-Chambéry et en Haute Savoie sur la thématique de la santé mentale, ainsi qu’en Drôme centre.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide