Fermer la publicité

Guillaume Mennesson, nouveau directeur des sports de Saint-Etienne : « J'ai toujours travaillé en équipe »

Loire le 02 septembre 2015 - Louis Thubert - Actualités - article lu 1487 fois

Guillaume Mennesson, nouveau directeur des sports de Saint-Etienne : « J'ai toujours travaillé en équipe »
Louis Thubert - Guillaume Mennesson indique avoir trouvé à Feurs « des gens ouverts ».

Guillaume Mennesson est passé de DGS de la Ville de Feurs à la direction des sports de Saint-Étienne. Un choix cohérent : il est à l'origine d'un service jeunesse et sports dans la commune forézienne.

Depuis le 1er septembre, il a quitté son bureau de Feurs pour rejoindre Saint-Étienne. Après 19 ans - presque 20 - à travailler pour les Foréziens, Guillaume Mennesson a laissé la direction des services (DGS) de la commune forézienne, en vue de prendre la tête du service des sports de Saint-Étienne. Un nouveau volet de sa carrière et de sa vie professionnelle.

Svelte et bronzé, Guillaume Mennesson, 44 ans et originaire de Bourg-Saint-Maurice en Savoie, paraît encore en vacances fin août, lors de notre entretien. Pourtant, il a préparé sa « rentrée stéphanoise ». En potassant des notions théoriques, tout d'abord :  « Durant l'été, j'ai remplacé romans historiques et biographies, que je lis sur la plage, par des livres de management », indique-t-il. Plus important encore, Guillaume Mennesson a rencontré les agents du service stéphanois qu'il va diriger, ses futurs supérieurs, les élus de Saint-Étienne en charge des sports. Avec un mot à la bouche, encore et encore : le collectif. « J'ai été bien accueilli par le service des sports de la Ville de Saint-Étienne, indique-t-il. Je ne vais pas être Zorro, qui décide tout seul, j'ai toujours travaillé en équipe. » Lors du dernier conseil municipal auquel il ait assisté et alors qu'il annonçait son départ prochain, le 6 juillet, Guillaume Mennesson déclarait : « Dans la vie comme au rugby, la réussite n'est possible que si elle est collective ; le "moi, je" est haïssable m'a appris mon père ».

Le sport, une nouvelle fois. Ce n'est pas étonnant quand on connaît son parcours : une maîtrise de sciences économiques, puis un DEES en management des équipements sportifs et touristiques. « Après mon service militaire, passé dans plusieurs collectivités, préfectures et mairies, j'ai travaillé pour la ville savoyarde d'Ugines », raconte Guillaume Mennesson. Au service des sports.

C'est en 1996 qu'il arrive à Feurs, où il est chargé de piloter la réforme des rythmes scolaires - déjà. « En 2000, je participe à la création d'un service jeunesse et sports », se rappelle-t-il, qu'il gère jusqu'en 2008, date à laquelle il est nommé DGS.

Ce départ de Feurs pour une ville plus grande est logique dans sa carrière d'agent de la fonction publique territoriale : Jean-Pierre Taite, le maire de Feurs, qui a salué le travail de son agent, comprend ce choix de carrière. Même s'il aurait voulu continuer à travailler avec Guillaume Mennesson. Mais pour celui-ci, cette opportunité stéphanoise peut lui ouvrir de nombreuses portes pour la seconde moitié de sa vie professionnelle. La possibilité d'évoluer, mais aussi la nécessité d'un challenge, car son poste à Saint-Étienne lui réserve quelques défis. La structure sera plus importante : 200 agents pour le seul service des sports stéphanois, contre 150 pour la commune de Feurs. Mais aussi, entre autres, l'organisation de l'Euro 2016, dont une partie sera prise en charge par le service des sports de la ville.

Louis Thubert



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide