Fermer la publicité

Guerre ouverte au conseil municipal grenoblois

Isère le 22 octobre 2015 - Caroline Thermoz-Liaudy - Région grenobloise - article lu 309 fois

Guerre ouverte au conseil municipal grenoblois
Caroline Thermoz-Liaudy - Jéôme Safar

Des voix qui s'élèvent, un ton inapproprié, la porte qui claque… voilà en substance le résumé du dernier conseil municipal à Grenoble. Houleux.

De quoi a-t-on parlé au dernier conseil municipal de Grenoble ? Du Palais des sports, pour annoncer un projet concernant les futures animations et l’avenir de  l’équipement. Olivier Bertrand, conseiller en charge des animations, et Sadok Bouzaiene, adjoint aux sports, ont évoqué le retour du cyclisme amateur comme professionnel. L’état de la piste qui a besoin d’être rénovée a aussi été sujet d’une discussion. La sécurité aussi était inscrit à l'ordre du jour de ce conseil municipal, par le biais d’une question de Richard Cazenave (LR-UDI). La charte du relogement pour le renouvellement du quartier Mistral aussi… Mais le fond du conseil reste flou, tant la forme était spectaculaire.

Tout est parti d’une intervention de l’opposition de gauche qui, par la voix d’Anouche Agobian, mettait en cause la « co-construction » arguée par la majorité. Et il faut dire que la tirade était sans langue de bois. Et de conclure en annonçant que son groupe ne participerait plus aux concertations, tant la confiance était rompue. Si la prise de parole avait allumé la mèche, la réponse de l'adjointe à la culture Corinne Bernard a, elle, mis le feu aux poudres. C’est le ton employé qui est mis en cause. Le groupe mené par Jérôme Safar est alors appuyé par l’opposition de droite (LR-UDI).

« Qu’ils se fassent plaisir entre eux »

Bien décidé à se faire respecter, le groupe socialiste a préféré quitter le conseil. « Pas de réponses aux questions posées. Attaques personnelles systématiques, refus de toute contradiction, mépris et arrogance permanente et déni de la réalité sur la situation en matière de culture, de vie économique, avec toujours la même réponse sur la responsabilité des autres. Trop c’est trop. Ce soir nous avons quitté le conseil municipal. Qu’ils se fassent plaisir entre eux », écrivait quelques minutes plus tard Jérôme Safar sur les réseaux sociaux.

Pas de réponses aux questions posées. Attaques personnelles systématiques, refus de toute contradiction, mépris et...

Posté par Jérôme Safar sur lundi 19 octobre 2015

Face à une telle réaction, la majorité (groupe du Rassemblement citoyen, de la gauche et des écologistes) a joué la carte de la politique politicienne, et écrivait dans un communiqué, au lendemain du conseil. « Nous regrettons cette instrumentalisation du débat démocratique dans l’enceinte municipale. […] Jérôme Safar, directeur de campagne de Jean-Jack Queyranne, absent depuis deux conseils municipaux, aurait-il décidé, avec ce départ précipité, de privilégier ses activités à caractère électoral ? Si c’était le cas, il est regrettable d’abîmer ainsi le débat public. »

Caroline Thermoz-Liaudy
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide