Fermer la publicité

Grézieux-le-Fromental a pris un virage

Loire le 20 mars 2015 - Xavier ALIX - Forez - article lu 399 fois

Grézieux-le-Fromental a pris un virage
Xavier Alix

Au cœur de la plaine du Forez, entre Montbrison et l' A72, le village a longtemps souffert du manque d'acheteurs en mesure de retaper ses vieilles fermes. Sa démographie repart depuis le virage pris par la commune en 2007.

« Fromental ». L’appellation n’a rien de commun et laisse l’imagination fertile. Rien à voir pourtant avec une utilisation des sols particulièrement propices à la culture de  céréales. Ce Fromental viendrait plutôt au contraire de « “fromenteux“, une terre dure à travailler », penche le maire Christophe Cornu. Ce que confirme la première partie du nom de la commune : « Grézieux » qui tirerait son origine du mot « grèze », terre sableuse. « Ici, il y a en gros trois quart de fromenteux au sud, un quart de sableux au nord », ajoute Christophe Cornu, par ailleurs l’un des quatre agriculteurs  « polyvalents », ayant encore le siège de leur exploitation ici. Agricole, la nature de  la commune le fut bien sûr fortement. Elle l’est encore, au moins dans son paysage, avec seulement 4,4 ha construits ou constructibles. Et surtout une histoire bien à elle.

Depuis l’axe reliant l’A 72 à Montbrison, les indications font emprunter une petite route cernée par les bois, finissant par déboucher sur l’église entourée d’un bourg minuscule. Quelques centaines de mètres parcourus font découvrir un habitat diffus devant de nombreux champs et plusieurs fermes typiquement foreziennes en ruine. Derrière des rangées d’arbres se cache un château au charme fou. On s’arrête à l’entrée du chemin. Joli mais privé. En s’orientant à l’est, on trouve enfin une zone davantage habitée et la mairie autour de laquelle se concentrent des habitations récentes. Fort contraste.

Explications du maire : « sur les 1 031 ha communaux, environ 700 appartenaient au même propriétaire il y a à peu près 70 ans. C’est encore le cas aujourd’hui sur 350 ha. Pendant très longtemps, il y a eut essentiellement des exploitations en location, des métayers, travaillant tous pour ce propriétaire.» Avec l’évolution sociale, l’exode rurale et le regroupement, ces grands corps de ferme ont de moins en moins trouvé preneurs. Beaucoup finissant en ruine. Si bien que le village n’a pas tout de suite profité de la périurbanisation forezienne, tombant même à 83 habitants en 1982 (230 à la fin du XIXe siècle) puis stagnant péniblement au dessus de 100 dans les années 90 et 2000 malgré un premier lotissement en 1983.

« Il y a eu quelques rénovations dont une sous forme de gîte mais les gens préféraient faire construire ailleurs où il y avait des terrains disponibles. Plus facile.» Heureusement, « la carte communale en 2007 a changé la donne. Il s’agissait d’inciter la vente du constructible. » Ce qui a plutôt bien marché. Les terrains à côté de la mairie sont occupés par 10 locations datant de 2008, en partie de Bâtir et loger. Plus loin, un lotissement de 5 maisons est sorti de terre la même année. Puis un second de 7 lots en 2014. Du coup, l’Insee a beau officiellement parler de 158 habitants, la mairie en annonce 212. Une partie du RPI avec Chalain-le-Comtal est ici. Une trentaine d’écoliers sont du village.

Les aménagements successifs qui ont malmené la voie principale reprise en 2015. Mais alors qu’une salle d’évolution école/mairie sera bientôt inaugurée, la vie de village, à l’habitat désormais plus concentré, semble s’éveiller. L’association Animation loisirs reprendre du service et la fête du village en juillet est là depuis depuis 5 ans pour accueillir les nouveaux venus.

Xavier Alix

Altitude : 351 m à 389 

Gentilé : Grézelaire

Intercommunalité : Loire-Forez

Population : (chiffre officiel Insee 2012) 158 ; 212 selon la mairie.

Surface : 1 031 ha.

Festivités : 1er dimanche de juillet

Insolite : Un document de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN, 2007) parle d’une extraction d’uranium de 8,5 t au tournant des années 60 et 70. En fait, seulement des sondages ont été effectués donnant lieu à quelques boulettes au final inexploitables, explique le maire.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide