Fermer la publicité

Grex : « Il y a de belles opportunités d'affaires en Europe »

Isère le 08 avril 2015 - Laurent Marchandiau - Économie - article lu 593 fois

Grex : « Il y a de belles opportunités d'affaires en Europe »
Laurent Marchandiau - Francis Dengremont, directeur de Grex.

À l'occasion de la quinzaine de l'international, le centre de commerce international de Grenoble, Grex, a organisé sa quatrième édition de ses rencontres dédiées aux entreprises souhaitant s'ouvrir à l'étranger. L'occasion de revenir sur le rôle de Grex. Entretien avec Francis Dengremont, son directeur.

Qu’est-ce que Grex ?

Grex, c’est le centre de commerce international de Grenoble extension de la chambre de commerce et d’industrie de Grenoble. Nous agissons comme des facilitateurs pour le développement à l’international des entreprises en recherche de nouveaux marchés, de partenariats commerciaux ou technologiques ou encore souhaitant s’implanter à l’étranger. À ce titre, nous nous appuyons sur des réseaux spécialisés (chambres de commerce et d’industrie françaises à l’étranger, Enterprise Europe Network, réseau public Ubifrance et Missions économiques, World Trade Centers…) et disposons d’un Club des adhérents Grex comptant plus de 120 entreprises qui partagent leurs expériences. En tout, nous comptons une équipe de 14 experts pour un budget de 1,5 M€ dont un tiers est apporté par la CCI de Grenoble, le reste provenant de différentes subventions (programmes européens) ainsi que de prestations de services aux services.

Quelles plus-values apporte Grex aux entreprises du bassin grenoblois par rapport à des informations que l’on peut trouver sur le Web ?

Nous faisons de la veille réglementaire afin de répondre aux différentes problématiques des entreprises par exemple dans le cas d’opération triangulaire (un client établi dans un pays étranger d’une entreprise souhaite se faire livrer dans un pays tiers.) Nous accompagnons les TPE et PME dans leurs démarches à l’international notamment à travers le programme « Go Export » permettant de structurer une démarche et une stratégie export.

Quels conseils donneriez-vous aux entreprises souhaitant aller à l’international ?

Aujourd’hui, les relais de croissance pour les sociétés se trouvent plus à l’étranger qu’en France. Les entreprises entendent fréquemment qu’il faut aller dans les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), or ce ne sont pas les pays les plus faciles d’accès. Pour celles qui le peuvent, il est préférable qu’elles s’orientent d’abord vers les pays européens. Rien qu’en faisant du commerce avec la Suisse, elles vont déjà se retrouver dans un contexte international avec des barrières douanières, les problématiques de taux de change, etc. Aller à l’international, c’est comme une randonnée. Il faut qu’elle s’assure que le dénivelé est à sa portée, qu’elle se donne les moyens d’y monter et de redescendre. Il y a du business à faire en Allemagne (télécoms, high-tech) comme en Italie actuellement !

Propos recueillis par Laurent Marchandiau

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide