Fermer la publicité

Grenoble pourrait rembourser 5M€ aux usagers du chauffage urbain

Isère le 29 mai 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Région grenobloise - article lu 1165 fois

Le nouveau conseil a voté la délibération n° 3 qui acte le principe de remboursements aux usagers relatif à la tarification du service public du chauffage urbain pour les années 2008 à 2011.

Une délibération qui a été présentée lors d’une conférence de presse du groupe majoritaire le 23 mai dernier par Anne-Sophie Olmos.  « On parle d’un remboursement de près de 5 M€. »  La compagnie de chauffage reste décisionnaire, mais en tant qu’actionnaire majoritaire, c’est la mairie de Grenoble qui engage les concertations avec les autres actionnaires de la Société d’économie mixte (Dalkia, La Métro et Échirolles). Outre cette proposition, la majorité a aussi souhaité faire passer un vœu contre le traité transatlantique et faire sortir Grenoble de la zone « Tafta ». Ce traité du marché transatlantique, en cours de négociations entre l’Union européenne et les États-Unis, doit créer une immense zone de libre-échange. Zone dont la majorité grenobloise ne veut pas. Les mots d’Alan Confesson sont forts : « Il faut faire de Grenoble un pôle de résistance ». La crainte de la majorité : l’entrée sur le marché français d’OGM ou de poulet javellisé.  Nous n’en sommes pas encore là, d’autant que les groupes d’opposition ne se sont pas montrés franchement ouverts à cette idée. Outre ces délibérations, c’est globalement la continuité des projets de la précédente majorité qui figurait à l’ordre du jour. Claus Habfast prévoit en revanche de pouvoir avancer de nouvelles propositions lors des 2 prochains conseils, prévus les 30 juin et 21 juillet. Une critique que le groupe d’opposition de gauche dirigé par Jérôme Safar, « Rassemblement de gauche et de progrès » ne manque pas de souligner. «L’installation d’une nouvelle équipe municipale prend du temps, mais c’est quand même le 3è  conseil municipal ! » Des propos qu’il nuance par le fait que les élections à la métro ont aussi été plus longues que prévues. Autre coup de gueule poussé par le groupe « Rassemblement de gauche et de progrès » contre la majorité d’Eric Piolle. Le groupe dénonce  l’exclusion totale de représentants de l’opposition (de toutes les oppositions) au sein de différents conseils d’administration (Compagnie de chauffage, Musiciens du Louvre ou encore Conservatoire). « Une situation inédite à Grenoble depuis 1995 » explique Jérôme Safar.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide