Fermer la publicité

Grenoble - GEG-Mairie : le courant ne passe plus

Isère le 23 octobre 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Région grenobloise - article lu 1135 fois

Grenoble - GEG-Mairie : le courant ne passe plus
(© Laurent Marchandiau)

La nouvelle est tombée il y a une plusieurs jours : suite à un appel d’offres, GEG (Gaz et Electricité de Grenoble) a perdu le marché de l’éclairage public à Grenoble, au profit de Citéo (Vinci Electricité, Bouygues Energie) (Lire Essor du 17 octobre). Pour l’entreprise grenobloise, cela représente une perte de près de 1,5M€ du chiffre d’affaires.

La nouvelle est tombée il y a une plusieurs jours : suite à un appel d’offres, GEG (Gaz et Electricité de Grenoble) a perdu le marché de l’éclairage public à Grenoble, au profit de Citéo (Vinci Electricité, Bouygues Energie) (Lire Essor du 17 octobre).
Pour l’entreprise grenobloise, cela représente une perte de près de 1,5M€ du chiffre d’affaires.
Outre le problème économique majeur pour l’entreprise, cette décision pose une question d’ordre politique, puisque le président de GEG n’est autre que Vincent Fristot, adjoint en charge de l’urbanisme et de la transition énergétique à la ville de Grenoble. Dès lors, difficile pour lui de tenir cette position. L’élu avait d’ailleurs refusé de s’exprimer avant le conseil municipal de lundi dernier, mais avait garanti dans une lettre aux salariés qu’il n’y aurait pas de licenciement.
Cette situation aura néanmoins eu le mérite de mettre d’accord l’ensemble des oppositions sur l’incapacité de l’équipe d’Eric Piolle à sauver GEG... Pour peu, on pourrait parler de sabotage.
Un peu trop dur à entendre pour la majorité qui à son tour accuse. Dans un communiqué daté du 15 octobre, la majorité dénonce « les contre-vérités, les outrances et le cynisme convergeant des présidents des groupes PS et UMP. […] le calendrier montre que la majorité n’a eu d’autre choix que de conclure la fin d’une procédure impulsée et définie entièrement par l’équipe sortante à partir d’octobre 2012. Il faut noter que le choix du nouveau partenaire  a été voté à l’unanimité par la CAO, y compris par les représentants des groupes socialistes et UMP ».
Accusations après accusations, pas étonnant que le conseil municipal de lundi dernier ait été agité. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce ne sont pas les élus qui ont été les plus virulents. Après que la délibération sur GEG ait été placée en ouverture du conseil, des salariés ont coupé l’alimentation électrique dans le secteur de l’Hôtel de ville, plongeant dans l’obscurité l’ensemble du bâtiment. Plusieurs dizaines de personnes se sont alors introduites dans l’enceinte de l’assemblée. Un communiqué envoyé le soir  même à la presse, parle d’évènements « d’une grande gravité grave » …C’est dire !
Après consultation de l’ensemble des groupes du Conseil municipal, et après réception d’une délégation de syndicalistes, le Maire a préféré reporter le conseil municipal à lundi prochain, et à une date ultérieure la délibération concernant l’éclairage public. »
Le communiqué précise aussi que plusieurs heures après, l’éclairage public restait coupé aux abords du domicile de Vincent Fristot.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide