Fermer la publicité

GN Partner élargit son offre en B to B

Loire le 03 novembre 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 2783 fois

GN Partner élargit son offre en B to B
Pierre Guichard souhaite étendre aux PME son offre de conseil en repositionnement stratégique (D.R.)

L’agence de communication stéphanoise GN Partner a renoué avec la publicité TV dont elle s’était un peu éloigné, en concevant et réalisant les achats d’espace pour l’enseigne bijoux Maty un clip dans le cadre d’une campagne TV, dont la première diffusion à eu lieu en septembre sur les chaines D8 et D17.

« La négociation des achats d’espace de diffusion est un élément de notre offre globale pour obtenir le meilleur rapport qualité-prix-efficacité », souligne Pierre Guichard, le patron de l’agence, qui « privilégie la récurrence aux coups ».
Positionnée 9e agence indépendante en Rhône-Alpes dans un classement où figurent également des structures appartenant à un groupe, telle qu’Altavia Saint-Etienne, GN Partner a également réalisé cet été une opération de croissance externe. Elle a repris l’agence de communication stéphanoise Zoé Communication, qui affiche un chiffre d’affaires d’un peu plus de 700 000 € sur 2013, avec des clients tels que Satab (textile), ou le Pavé d’Affinois (agroalimentaire). Les deux entités ont été regroupées sur le Technopole de Saint-Etienne. Zoé Communication, fondée en 2001 par Hervé Mollier et Fayçal Elgodjam, « où travaillent trois seniors qui ont de la bouteille », selon Pierre Guichard, devient la marque dédiée à l’activité B to B de l’entreprise.
La société que ce dernier dirige depuis une vingtaine d’années se présente comme une agence généraliste, plutôt orientée sur le B to C. Elle travaille surtout pour des marques et des réseaux de distribution, parmi lesquels figurent Devernois, Palladium, Obut, Trigano, Interflora, Aubert, Heytens, Vivarte (La Halle, Chevignon, Défi Mode, La Halle à Outlet), ainsi que le groupe Casino. L’entreprise, qui a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 4,6 M€, avec 17 salariés, dispose d’une offre qui va du conseil en stratégie marketing au marketing opérationnel, en recourant au merchandising, à l’édition et à la communication digitale. « On s’intéresse à des grosses PME ou à des grands comptes, mais avec le souci de nous différencier de la concurrence », souligne le dirigeant, qui a auparavant travaillé chez RSCG Paris.

Numérique : partisan du glissement « subtil »

Pour cela, sa société « n’hésite pas à faire appel à des consultants extérieurs et des designers, sous forme de groupes de compétences. Il met en garde « contre le sur investissement qui ne sert à rien comme son contraire. Ainsi que sur le passage du jour au lendemain du tout papier au tout numérique, qui permet de beaucoup plus cibler, mais aussi de beaucoup plus chercher sa cible ». Se déclarant partisan d’un « glissement subtil de l’un à l’autre, en recherchant la bonne mesure pour que le digital apporte des ventes au magasins et vice-versa ».
Pierre Guichard estime que la crise de débouchés qui touche de nombreux secteurs traditionnels doit être l’occasion d’une remise en cause des entreprises concernées. Avec des repositionnements stratégiques qui peuvent se révéler payants, comme il en a effectué pour des enseignes nationale ou internationale, telles qu’Heytens ou Palladium. Mais aussi pour des PME comme le fabricant de machines de découpe de tissu Calemard, de Roche-la-Molière, qui a su rebondir dans la découpe de nouveaux matériaux après la crise de ses débouchés dans le textile.

Denis Meynard


Le marché en berne des collectivités

Historiquement, l’agence de Pierre Guichard travaillait beaucoup avec certaines collectivités publiques de la Loire. Notamment la préfecture pour le magazine Connaissance de la Loire, puis le conseil général (Nouvelle Loire). Une situation qui a radicalement changé. « Le fait de se mobiliser sur des dossiers sans que cela débouche, absorbe notre marge, même si le résultat est positif sur d’autres », explique Pierre Guichard, qui regrette que certaines collectivités aillent trop loin dans le fractionnement des lots et que d’autres n’ont pas de suivi dans la relation avec leur prestataire.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide