Fermer la publicité

Gastronomie : Un nouveau « Paris » pour le chef berjallien Guy Savoy

Isère le 25 août 2014 - Jacques Savoye - Nord-Isère - article lu 1362 fois

Gastronomie : Un nouveau « Paris » pour le chef berjallien Guy Savoy
Guy Savoy (debout) et son maître le chef Pierre Troisgros (© JS)

Berjallien, il l’est au plus profond de lui-même bien qu’il soit natif de Nevers.

Mais c’est à Bourgoin qu’il a grandi, entre ses parents qui exploitaient la buvette de l’Esplanade et le pâtissier Louis Marchand qui, dans son laboratoire de la place Carnot, fut son premier maître. Bourgoin-Jallieu, avec son club de rugby, et le Nord-Isère, Guy Savoy y est donc particulièrement attaché. Il n’est pas rare de le croiser dans les rues de la cité, de le rencontrer à Cessieu (où il possède un pied à terre) ou aux Abrets où sont retirés ses parents.

Récemment, après avoir présidé une rencontre franco-chinoise à l’Efma (Espace Formation des Métiers et de l'Artisanat) de Bourgoin-Jallieu, le chef triplement étoilé au Michelin a inauguré l’espace cuisine du Lycée professionnel Gambetta. Il y fut l’un des élèves, avant qu’il ne poursuive son apprentissage chez les frères Troisgros, à Roanne et qu’il ne se perfectionne dans les cuisines du Lion d’Or à Genève puis celles de l’Oasis de la Napoule. Il ne lui manquait plus qu’une consécration parisienne : ce fut à la Barrière de Clichy dont Claude Vergé lui confiait les rênes. Guy Savoy dévoilait ses ambitions en s’installant chez lui, rue Duret. Il y obtenait une première étoile en 1981, une deuxième en 1985. En 1987, c’était l’ouverture du 18 rue Troyon, dans le 17ème arrondissement, et, en 2002, l’attribution du 3ème macaron. Dans ces murs, Guy Savoy a régalé nombre de célébrités. L’une des dernières, en juin dernier, fut Barack Obama, le président des Etats-Unis !

S’il exploite quatre autres restaurants dans Paris (La Butte Chaillot avenue Kléber, Les Bouquinistes quai des Grands Augustins, l’Atelier maître Albert rue Maître Albert et le Chiberta rue Arsène-Houssaye) Guy Savoy est également présent depuis 2006 au Caesar Palace de Las Vegas dont il a confié la clef à son fils Franck. « Le lieu est magique et je n’avais donc aucune raison de ne pas me lancer dans l’aventure d’autant que, même au milieu du désert, nous cuisinons chaque jour des produits frais et d’excellente qualité », précise-t-il. Par contre, s’il a mis un terme à l’expérience tentée en 2010 à Singapour, c’est une autre étape qu’il s’apprête à franchir. Et pas n’importe laquelle! Dans quelques semaines, Guy Savoy et son équipe quitteront l’adresse historique de la rue Troyon pour s’installer à l’Hôtel de la Monnaie. Dans cet endroit magique, sur le quai Conti en bordure de Seine, c’est un établissement d’exception qu’ouvrira le chef nord-isérois qui ne veut pas que sa cuisine soit réduite à une image de luxe. « Je suis là pour que les gens se fassent plaisir et tout sera mis en œuvre pour recevoir au mieux nos hôtes », prévient-il, conscient qu’il se lance néanmoins un fameux… Paris !

Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide