Fermer la publicité

Fusion des listes UMP-UDI : à Saint-Chamond, « ça va se faire »

Loire le 06 février 2014 - Xavier Alix - Actualités - article lu 997 fois

Qui sera tête de liste du ticket UMP-UDI à Saint-Chamond ? Seule question en attente.

Car Emmanuel Mandon candidat officiel de l’UDI et Jean-François Rey pour l’UMP nous ont confirmés il y a une semaine que la fusion de leurs listes « se fera ». « Questions de jours »… pour régler puis présenter ces détails qui font tout.

Celui de la tête de liste notamment. E. Mandon, en campagne sur sa seule liste depuis décembre, pense avoir les atouts nécessaires : « je suis arrivé second au 1er tour en 2008. Sans la division, puis si la discipline républicaine avait été suivie, je serais maire (la droite avait cumulé 60 % des voix avec, Ndlr), constate E. Mandon, maintenant, c’est Saint-Chamond qui compte : une alternative crédible pour lutter contre son déclin. Nous y travaillons et sommes sur le terrain. » J.-F. Rey souligne de son côté que ce rapprochement est « dans l’ordre des choses. Il ne faut pas faire perdre la droite, surtout que le FN fera des points. Nous construisons un partenariat durable et sérieux. Reynaud est lui le “candidat permanent“ comme dit Emannuel Mandon.»


« Nous travaillons avec M. Rey depuis 3-4 ans »


Encarté UMP, Hervé Reynaud, l’ex-directeur de cabinet de Gérard Ducarre (l’ancien maire de 1989 à 2008), a été désavoué par son parti pour sa candidature gagnante au conseil général en 2011 au détriment de l’UDI François Rochebloine. Puis à nouveau pour celle (perdante cette fois-ci) à la députation en juin 2012. Malgré le fait que son élection au Département ait aidé à maintenir la majorité de ce dernier à droite (il a reçu d’ailleurs deux vice-présidences dont le budget) et, dit-il, qu’il ait été « encouragé » jusque fin avril 2012 par l’UMP Loire à se présenter comme député avant un brusque revirement de consigne. H. Reynaud avait lui aussi proposé un accord à E. Mandon cet automne : une fusion de liste et, pour ce dernier, une place de 1er adjoint ainsi que la représentation à l’agglomération. Refus du candidat UDI qui le justifie par l’« l’attitude hégémonique » de son vis-à-vis. H. Reynaud est-il dégouté de l’UMP ? « Non parce que mon engagement correspond à des idées, je reste cohérent, explique-t-il, notre liste n’est pas celle de militants UMP. Elle compte 3 des 6 élus en 2008 de la liste d’E. Mandon. » La fusion Mandon-Rey ? « C’est toujours annoncé pour plus tard ! La vérité, c’est que des centristes ont du mal à s’entendre avec ces représentants de la droite dure ! »

« Nous travaillons avec M. Rey et l’UMP depuis 3-4 ans, répond E. Mandon, il y a donc une logique. Les gens de ma liste actuelle le savent bien depuis le début et, eux, savent et sauront se plier à l’intérêt commun d’une fusion.» Quant à l’autre proposition d’H. Reynaud (s’engager à ce que le second des deux au 1er tour retire purement et simplement sa liste sans négociations), « je n’exclus pas l’hypothèse mais s’engager à le faire avant, c’est trop simple.»

En attendant, la situation reste compliquée.


Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide