Fermer la publicité

French Tech : Digital Grenoble a son Totem

Isère le 10 octobre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Tech et Médias - article lu 309 fois

French Tech : Digital Grenoble a son Totem
Caroline Thermoz-Liaudy - La plaque du Totem a été dévoilée lors de l'inauguration

Le projet French Tech est toujours le même : faire rayonner les entreprises françaises, y compris les plus petites, à l'international. Digital Grenoble a désormais un lieu identifiable : Le Totem.

Dans le cadre de sa labellisation French Tech, Digital Grenoble s’est engagé dans une feuille de route sur 4 ans, dans laquelle figurait l’ouverture d’un bâtiment dédié. Comme son nom l’indique, Le Totem servira à la fois de guide et de symbole, pour tous les acteurs de la French Tech. Il devra aussi répondre à plusieurs usages : faire collaborer les différentes entités de l’écosystème, héberger les acteurs de Digital Grenoble, innover par les usages et les technologies, et faire briller ces innovations à l’international.

Le totem se trouve dans le quartier Chavant, en plein centre-ville (éloigné des campus scientifiques !), dans un bâtiment de l’opérateur Orange. Les locaux appartenant à Orange, ils disposent d’une haute connectivité, et d’une infrastructure réseau ultra-haut-débit. Il offrira à terme près de 2000m² d’espace dédiés à l’innovation numérique. A l’heure actuelle, 700m² sont disponibles, dont 300m² occupés par Cowork-In-Grenoble, dont le directeur, Mathieu Gentil, sera un des principaux interlocuteurs pour les acteurs de la French Tech.
A l’occasion de l’inauguration du Totem, le président de Digital Grenoble, Jean-Pierre Verjus a pris la parole. « Nous sommes entrés dans l’ère de l’évidence numérique. Nous avons trois leviers : la croissance des start-up d’hier, les start-up d’aujourd’hui, et la transformation numérique des entreprises. trois leviers à actionner avec trois ingrédients (les personnes, les lieux, et les fonds) et 3 partenaires : la métropole (qui a participé à hauteur de 1/3 de la réhabilitation du Totem), Orange (qui a pris en charge les 2/3 restants), et la région (qui investira dans l’aménagement des étages dans les 16 mois). »
En 4 ans, Digital Grenoble s’est engagé à définir sa structure et sa gouvernance, et à mettre en place le Totem, ce qui est fait. Mais restent quatre points au cahier des charges : promouvoir le rayonnement, l’international, engager les grandes entreprises locales, et travailler sur les accélérateurs de croissance. Sur ce point « On avance doucement, on devrait avoir un fond important d’ici à 2016 » explique J-P Verjus.
Afin de donner une dynamique encore plus importante, d’autres territoires isérois comme le Voironnais et le Grésivaudan se sont joints au projet. Et plus largement, une alliance est faite avec les agglomérations de Chambéry et d’Annecy, sous le nom « French Tech in Alps ».


Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide