Fermer la publicité

Formation - CFA : un projet de réductions d’effectifs

Loire le 18 septembre 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 769 fois

L’association Campus de l’alternance Loire Sud (Cals), avec la Fondation des Apprentis d’Auteuil comme chef de file (40 % des parts sociales), associée à la Chambre régionale des métiers (30 %) et à la Chambre de commerce de Rhône-Alpes (30 %) est le seul candidat à avoir déposé une offre de reprise du CFA Les Mouliniers, de Saint-Etienne, dont l’activité vient de reprendre avec près d’un millier d’élèves inscrits.

Il a été mis en liquidation en juillet par le TGI de Saint-Etienne, après sa déclaration de cessation de paiement.
Les Apprentis d’Auteuil évoquent un « recentrage sur quatre filières clefs : métiers de bouche, restauration (cuisine et service en salle), coiffure et pharmacie ». Expliquant que les filières automobile et vente ne sont « pas en cohérence avec la marque de fabrique que nous souhaitons imprimer à l’établissement (…) elles posent des difficultés de recrutement et d’insertion, de positionnement et de concurrence. » Cals évoque pèle-mêle une « chute des effectifs dans certaines formations, des taux de réussite parfois peu élevés, et des taux d’insertion des apprentis qui ne sont pas les meilleurs ».
L’automobile souffrirait de son positionnement stratégique, les employeurs recherchant désormais, non pas des mécanos, mais des techniciens ayant pour prérequis le niveau bac.  Ajoutant que pour atteindre l’excellence « il faut pouvoir investir dans l’équipement automobile. Et le CFA n’a pas les moyens de cette excellence là ».
S’agissant des métiers de la vente, les Apprentis d’Auteuil pointent le fait que la révision des programmes de formations commerciales et de leur ingénierie de la CCI stéphanoise, « poserait un problème de concurrence avec les diplômes proposés au CFA ». Ce resserrement sur quatre filières, réduirait  le nombre d’apprentis à 700 en 2015, avant de remonter à 800 en 2018. L’effectif salarié passerait lui de 70 à 45 salariés.
Sur le plan financier, l’association Cals propose un euro pour la reprise de 80 % des parts de la SCI propriétaire du patrimoine immobilier du CFA, tout en se défendant de vouloir réaliser une opération immobilière. Elle prévoit parallèlement de verser un loyer annuel de 70 000 € (HT) à la SCI dont la CCI de Saint-Etienne et la Chambre de métiers de la Loire détiennent les 20 % restant. « Quel culot ! » a réagi le représentant de la CGT, principal syndicat de salariés de l’établissement, qui indique que « Cals affiche pour condition suspensive à son offre la signature préalable d’un nouvel accord d’entreprise, au terme duquel les salariés conservés travailleront plus et seront moins payés ».

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide