Fermer la publicité

Forgerock sécurise les données d'entreprise

Isère le 03 août 2015 - Caroline Thermoz-Liaudy - Tech et Médias - article lu 659 fois

Forgerock sécurise les données d'entreprise
Caroline Thermoz-Liaudy - Ludociv Poitou- DG de Forgerock France

Forgerock est née en 2010. Depuis, la société qui développe des logiciels informatiques spécialisés dans la sécurisation de données ne cesse de croître. Rencontre avec Ludovic Poitou, directeur général de Forgerock France basé à Montbonnot au nord est de Grenoble.

Ce jour-là c’était le tohu-bohu au sein de la société Forgerock qui réorganisait ses bureaux afin d’accueillir les nouveaux ingénieurs qui allaient prochainement commencer à travailler au sein de l’entreprise de Montbonnot-Saint-Martin. La société est implantée sur la commune depuis novembre 2010.

Forgerock est née en Norvège du rachat de Sun Microsystem par Oracle, épisode qui marquait la fin de l’investissement dans les logiciels Open Source. Cinq personnes décident alors de débuter une nouvelle société, et d’embaucher les personnes là où elles se trouvent, c'est-à-dire en Norvège certes, mais aussi en Angleterre, en France, aux Etats-Unis, puis plus tard, en Belgique, Hongrie, Espagne, Suède… Aujourd’hui, le siège a été transféré en Californie et Forgerock est présente dans sept pays et emploie 300 personnes, dont la moitié en Amérique du Nord et l’autre moitié en Europe, avec un faible développement en Asie. « On a une filiale à Singapour, mais nous avons plus de mal à nous implanter sur ce continent, non pas à cause de la concurrence, mais à cause des règles de commercialisation qui y sont différentes. On reste dans les marchés anglophones. On a un partenaire au Japon, on commence à développer l’Inde, et on regarde la Chine, mais ça n’aboutira pas avant 3 ans. »

Face au nouveau challenge qu'est le développement de la cybersécurité pour les entreprises et  leurs collaborateurs, l’activité de Forgerock n’a fait que croître. Elle emploie aujourd’hui 20 salariés en Isère dont cinq recrutés cette année. Six de plus le seront l’an prochain. En effet, la question la plus importante à laquelle sont confrontées les entreprises aujourd'hui concerne la poursuite de leur transition numérique. De nombreuses organisations ont déjà initié plusieurs stratégies numériques, notamment sur le plan du mobile, du cloud et des objets connectés ; mais tous ces développements posent des problèmes de cybersécurité.

Forgerock édite et développe donc une offre de logiciels de gestion d’identité et commercialise une offre de supports pour ces technologies. « C’est à mi-chemin entre l’infrastructure d’une entreprise et la sécurité. On sert à construire tous les services informatiques d’une entreprise : quels sont les utilisateurs du service, comment les identifier, et comment limiter leurs accès ? Il faut aussi gérer le cycle de vie, c'est-à-dire désactiver les comptes si la dite personne a quitté l’entreprise ». La plateforme d’identité de Forgerock est composée de quatre  logiciels open source : Open access management (AM), Open identity management (IDM), Open directory (DJ), et Open identity gateway (IG). « Le site de Montbonnot développe Open DJ et IG. AM est développé à Bristol et IDM à Vancouver. »

"L’an dernier, le groupe a doublé le CA mondial et prévoit de le doubler encore cette année.» Le projet est ambitieux, mais la trajectoire fixée par le groupe depuis plusieurs années est pour le moment tenue.

Caroline Thermoz-Liaudy
 

Un contexte favorable 

Doubler les effectifs mondiaux, tant dans les équipes commerciales que R&D. Doubler aussi les résultats à une très courte échéance. Telles sont les ambitions de Forgerock. « Il y a une conjonction de choses qui fait que la sécurité est très importante. D’abord l’arrivée du cloud qui transforme l’infrastructure de l’entreprise. Avant le périmètre de sécurité c’était le réseau de l’entreprise, maintenant les applications sont aussi à l’extérieur et on a besoin de nouveaux services pour sécuriser ça. L’émergence des mobiles aussi a modifié le mode d’identification. Et puis il y a la transformation numérique : les entreprises doivent ouvrir leurs services vers l’extérieur pour s’insérer dans des chaînes numériques plus grandes, pour le commerce électronique grand public. Désormais, la sécurité est une opportunité de développement. »  
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide