Fermer la publicité

Fonte des glaciers : pas la fin de l'escalade

Isère le 08 novembre 2015 - Caroline Thermoz-Liaudy - Sciences, Santé, Environnement - article lu 227 fois

Fonte des glaciers : pas la fin de l'escalade
Caroline Thermoz-Liaudy - La coordination montagne, Mountain Wilderness et la ville de Grenoble unis pour défendre la montagne à la COP 21

La coordination montagne, Mountain Wilderness et la Ville de Grenoble animent depuis le mois d'avril un collectif d'acteurs pour structurer la parole des montagnards et faire entendre les spécificités de la montagne sur les questions de climat. Une démarche qui devrait être entendue jusqu'à Paris puisque labélisée Cop 21.

A l’occasion de la conférence climat, Cop 21, qui se tiendra en décembre prochain à Paris, Grenoble, capitale des Alpes participe à la démarche Montagne et Climat, initiée depuis mai 2015 par la coordination Montagne et Mountain Wilderness. Pour Ce faire, le palais des sports accueillera le 11 novembre, la conférence internationale Montagne et Climat. L’enjeu est de donner une place particulière aux montagnes dans le cadre des négociations climatiques internationales.

Les montagnes sont en effet des écosystèmes en danger, qui ont un rôle de sentinelle face au réchauffement climatique et qui doivent s’adapter plus rapidement que d’autres territoires, puisque le réchauffement y est deux fois plus rapide qu’ailleurs. Il importe donc de faire reconnaître cette spécificité et d’encourager les changements de pratiques en interpellant les citoyens, les associations, et les responsables politiques.

Fredi Meignan, président de Mountain Wilderness, explique son engagement : « nous n’y faisons pas forcément toujours attention car nous voyons la montagne tous les jours, mais pour les populations urbaines, la montagne est un lieu unique de ressourcement à préserver. Et nous, en tant que montagnards, nous devons nous engager dans la maîtrise du réchauffement. En ville si on ne veut pas le voir, on peut ne pas le voir. Mais en montagne il est omniprésent déjà aujourd’hui. Limiter le réchauffement climatique à 2 ou 3 degrés en moyenne, ça veut dire plus 4 à 6 degrés en montagne. Nous sommes dans l’obligation de regarder la réalité en face, et de nous adapter. Quand il n’y aura plus d’eau, plus de tourisme possible… Quid de l’économie de montagne ? Quid de l’alpinisme estival ? Quel mode de vie quand il n’y aura plus d’eau dans le massif des Ecrins ? » Et de terminer son intervention en précisant que ce n’est pas pour dans 50 ans, mais demain. Pas de vision démesurément optimiste, et pourtant une volonté de voir le positif, et de croire en la mobilisation.

Une position partagée par Nils Martin, directeur de la coordination Montagne. « Notre mobilisation est partie du constat que la montagne n’était pas un sujet de la Cop 21, comme peuvent l’être les îles. Nous profitons du fait que ce soit en France, pour tenter de traiter ce sujet avec de vraies propositions. Notre démarche s’est construite en trois temps. D’abord recueillir tout ce qui existait de témoignages, puis rédiger une synthèse que nous avons fait publier. (« Le livre vert de la montagne » qui contient un constat et 21 propositions pour la montagne, sera présenté le 11 novembre lors Conférence internationale Montagne et Climat). Enfin, nous organisons le 11 novembre un moment fédérateur, trois semaines avant la Cop 21. Il s’agit d’un après-midi de colloque accessible à tous. Pas uniquement aux têtes pensantes. »

Après le 11 novembre, la mobilisation ne s’arrêtera pas, notamment grâce à un appel à signatures qui devra faire remonter les propositions du livre vert jusqu’à la présidence de la République. Un stand « Montagne » sera aussi présent au Bourget durant la Cop21, dans l’espace ouvert au public.

Caroline Thermoz-Liaudy

 

11 novembre : armistice possible entre la montagne et le climat ?

Grenoble accueillera, dans le cadre de la 17e édition des Rencontres du Cinéma de Montagne, le 11 novembre prochain, la Conférence internationale Montagne et Climat. Cet événement, qui réunira chercheurs, alpinistes, élus, journalistes, responsables associatifs, se concrétisera en une après-midi de débats et d’échanges avec la diffusion du « livre vert de la Montagne ». A trois semaines de la Cop 21, le moment était bien choisi pour mettre l’accent sur les risques du réchauffement climatique en montagne. La soirée du 11 sera dédiée au sujet avec la projection de « Sommet pour le climat », et un appel à respecter les propositions du livre, à envoyer au président de la république : pour faire remonter les propositions jusqu’à la Cop 21.
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide