Fermer la publicité

Figurations de la Grande Guerre

Loire le 31 juillet 2014 - Daniel Brignon - Culture - article lu 638 fois

Figurations de la Grande Guerre
La Réserve... La Réserve a donné, de Jean Rouppert, 1920

L’exposition s’ouvre avec une peinture de l’artiste contemporain international Georges Speicher, Du front à l’asile où il figure le nouveau syndrome apparu après 1915 chez les combattants, le traumatisme psychique de la guerre que l’on a appelé en 1915 l’obusite.

Une poignante allégorie de la folie. Deux autres artistes ont reçu commande du musée, Olivier Ott, qui illustre la brutalité dans des compositions de métaux éclatés ; Claude Poulette qui peint en noir et blanc des portraits de poilus.
L’exposition parcourt une collection importante acquise par le musée de croquis du poète et artiste ambertois Jean Angeli, tué sur le front en juin 1915. Il restitue à la mine de plomb et crayons de couleurs des ambiances de la vie quotidienne dans la guerre avec une certaine naïveté et distance dans des vignettes qui ont pour titres La faction du matin, Corvée de boyau, Intérieur d’abri, La tournée du général, La soupe.
Jean Rouppert, dessinateur et illustrateur connu à Lyon et Roanne où il a travaillé, a dessiné après la guerre de 14-18 à l’encre noire des portraits et scènes qu’il y avait vécus, transformés par le recul en une forme de réquisitoire contre la guerre. L’exposition présente une série de ces dessins voisinant des œuvres d’Henry de Groux, peintre bruxellois réputé de la fin du XIXe siècle, qui a exposé en 1916 à Paris une série inspirée de la guerre. Voici plus loin les croquis de Léon Broquet, peintre aux armées, saisis sur le vif, à destination documentaire avant que la photographie ne prenne le relais.
Eric Manigaud, artiste ligérien compose en 2006 des scènes saisissantes de la désolation de la guerre à la mine de plomb à partir de plaques photographiques de la Grande Guerre.
La figuration de la guerre c’est aussi les objets : l’équipement du soldat rassemblé dans une caisse, le courrier reçu du front noué d’un ruban dans un bel écrin, les affiches qui font appel au don et emprunts de guerre.
L’exposition conclut avec des maquettes et projets de monument aux morts qui, juste après la guerre n’ont pas été retenus par les mairies commanditaires, dont un modèle en terre cuite de Jean Lamberton, insuffisamment glorieux. L’image du héros succède dans la figuration qui prévaut à la sortie de la guerre à celle du soldat misérablement accablé.
L‘exposition a reçu le label national de la Mission du centenaire 14-18 créé par les ministères de la Culture et de la Défense.

Un catalogue

Un catalogue de 130 pages contextualise chaque image et pièce de l’exposition et beaucoup d’autres. Il est enrichi des pages d’un journal, tenu jour par jour par un Stéphanois, André-Jean Chassagneux, depuis le dimanche 2 au samedi 29 août 1914. Des impressions de campagne saisis sur le vif.
Le volume s’achève sur le témoignage d’Olivier Ott, une réflexion sur la mémoire et les guerres.

Daniel Brignon


Figuration de la Grande Guerre, exposition tenue jusqu’à fin novembre. Deux événements sont organisés dans le cadre de la mission nationale du centenaire : une rencontre projection autour du film de Caroline Puig-Grenetier Rue des martyrs de Vingré, le 7 octobre au cinéma Cin’étoile à Saint-Bonnet-le-Château ; un colloque « 1914 – Entrer dans la guerre », le 11 novembre à Estivareilles.
Renseignements au 04 77 50 29 20.


Et le 70e anniversaire de la Libération

Le musée d’Histoire du XXe siècle conçu autour de la mémoire de la bataille d’Estivareilles événement contributif de la libération du département est aussi labellisé 70e anniversaire de la Libération. Il organise dans ce cadre avec l’Onac et le mémorial Résistance et déportation de la Loire un parcours de mémoire et d’évocation du Puy-en-Velay à Estivareilles sur l’itinéraire de la colonne allemande défaite dans ce dernier village le 22 août 1944. Il s’agira d’un voyage en car entrecoupé sur différents lieux de récits et évocations le dimanche 24 août.
Départ du Puy-en-Velay à 9 h 30, repas tiré du sac à midi à Craponne-sur-Arzon, cérémonie du 70e anniversaire à Estivareilles à 16 h 30. Des navettes de bus seront assurées pour rejoindre Le Puy depuis Saint-Etienne et Estivareilles.
Inscription obligatoire à l’OT de Saint-Bonnet-le-Château au 04 77 50 52 48 ou à l’Onac Loire au 04 77 91 14 18.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide