Fermer la publicité

Fièvre catarrhale : conséquences sur les éleveurs et négociants du charolais

Loire le 23 septembre 2015 - Aline Vincent - Agroalimentaire - article lu 216 fois

Fièvre catarrhale : conséquences sur les éleveurs et négociants du charolais

La fièvre catarrhale débuté dans l'Allier provoque des répercussions en chaîne, du fait de la limitation de la circulation des bêtes et surtout du blocage des exportations.

La fièvre catarrhale débuté dans l'Allier provoque des répercussions en chaîne, du fait de la limitation de la circulation des bêtes et surtout du blocage des exportations. Eleveurs et négociants de bêtes charolaises du Roannais sont directement impactés. Exemple : les 3 500 achetées par le négociant Europagri à Saint-Germain-Lespinasse sont bloquées alors qu'elles étaient destinées à la Turquie. Même problème chez Roche à Briennon. 1,3 millions de doses de vaccins doivent être délivrées par l'Etat et réparties par la direction générale des services vétérinaires. En quantité insuffisante, les animaux destinés à l'export seront privilégiés, sachant qu'il faut respecter un délai minimum de 2 mois entre 2 injections.

Autres conséquences : le marché au Cadran de Saint-Christophe-en-Brionnais (lire édition du 28 août 2015)  est directement touché (– 60 %). Seul le marché traditionnel s'est tenu le 16 septembre. Celui de l'embouche de bêtes « maigres » s'y est juste ajouté ce mercredi 23 septembre. « Nous sommes toujours dans l'attente des décisions concernant les vaccins. Pendant ce temps, tout le monde perd de l'argent », souligne une salariée. Même l'incontournable Fête du Charolais de Roanne des 24 et 25 octobre reste encore incertaine.

Par ailleurs, les périmètres définis le 11 septembre ont évolué cette semaine suite à la détection de foyers survenus dans le Puy-de-Dôme et la Creuse. La préfecture a étendu la zone de protection à 164 communes ligériennes, de déplacer la zone de surveillance sur 147 communes sur département et diminuer de la zone indemne aux 16 communes de l’extrême sud-est du département. La quasi-totalité du territoire ligérien se trouve en zone dite « règlementée ».

A.V.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide