Fermer la publicité

Feurs : Le Front national voudrait fermer le camping

le 12 mars 2015 - Louis THUBERT - Collectivités locales - article lu 339 fois

Feurs : Le Front national voudrait fermer le camping
Louis Thubert - Jean-Pierre Taite, au centre, a défendu l'utilité des chantiers « Coup de Pouce ».

Le conseil municipal de février s'est tenu le 9 mars, à Feurs. Et le Front national, emmené par Charles Perrot, a tenu à marquer sa différence avec Jean-Pierre Taite dès qu'il en avait l'occasion.

En politique comme ailleurs, il arrive parfois, qu'un détail soit révélateur. D'une situation ou d'une volonté. Lors du conseil municipal de Feurs du 9 mars, c'est un simple point, parmi tant d'autres à l'ordre du jour, qui permet de se faire une idée de ce qui attend le camping municipal.

Alors qu'il s'agissait simplement d'entériner ou non le nouveau règlement, qui n'apporte aucune modification majeure, Thierry Jacquet, du groupe d'opposition de gauche Génération Feurs, a demandé : « nous voudrions avoir la confirmation qu'une partie du camping sera vendue pour construire un lotissement... » En novembre 2014, la diminution de la surface avait été abordée : le camping perd de l'argent. « Effectivement, le choix est de le réduire de 3 ou 4 ha, et si nous pouvons commercialiser et urbaniser cet espace ce serait intéressant », a répondu le maire, Jean-Pierre Taite. Le maire UMP de Feurs se fonde, pour ce souhait, sur les conclusions de l'Insee1 : la population serait en augmentation. Et sur le fait que le Scot (Schéma de cohérence territoriale) recommande de densifier les communes.

Désaccords autour du dispositif « Coup de Pouce »

Concernant le camping, le Front national, quant à lui, aimerait tout simplement le fermer : « le camping municipal n'est pas rentable, nous voudrions le supprimer. Voilà pourquoi nous voterons contre ce nouveau règlement », a déclaré Charles Perrot, du groupe Rassemblement bleu Marine. La preuve par l'exemple que des modifications mineures sur le règlement d'un équipement municipal dévoile les souhaits et stratégies de certains acteurs de la politique forézienne.

Un autre sujet aura été l'occasion d'une fracture entre le groupe Rassemblement Bleu Marine et les autres conseillers. La Ville va demander une subvention au Fonds interministériel de prévention de la déliquance (FIPD). 3 400 € pour organiser des missions d'insertion professionnelle de courte durée, à destination des jeunes déscolarisés et dépourvus de diplôme ou de formation : c'est le chantier « Coup de Pouce ». En 2014, 39 jeunes ont été accompagnés dans le cadre de ce dispositif et 18 (10 jeunes hommes et 8 jeunes femmes) ont accompli des missions pour les services municipaux.

« Vous pensez vraiment qu'un coup de pouce de quelques heures va permettre de remettre un jeune adulte dans le droit chemin ? Ce qui est déplorable, c'est qu'à travers ce dispositif on demande aux communes de gérer l'échec de l'Éducation nationale et de l'enseignement professionnel. Vous voulez coller des rustines sur des chambres à air trouées ! » a lancé Charles Perrot. Jean-Pierre Taite s'est inscrit en faux contre ces propos, en prenant l'exemple d'un jeune désorienté qui a profité de ce dispositif, et a aujourd'hui un emploi et une vie de famille. Le Rassemblement bleu Marine s'est tout de même abstenu lors du vote.

Louis Thubert

1Qui a recensé les Foréziens en début d'année

Subvention exceptionnelle pour Festi'Feurs

Les jeunes de la commune, encadrés par des intervenants de la MJC, organisent l'événement culturel Festi' Feurs. Les 17 et 18 avril, du théâtre, des initiations culturelles et un concert auront lieu dans la commune. Festi'Feurs est organisé par des jeunes Foréziens, âgés entre 14 et 16 ans. Pour financer le festival, ils demandent une subvention exceptionnelle de 1 800 € - leur budget total est de 14 500 €. Interrogé par Johann Cesa, qui s'étonnait que la subvention ne soit pas annualisée, Jean-Pierre Taite a expliqué que l'équipe organisatrice, composée d'adolescents, apprenaient en renouvelant les démarches administratives chaque année, sans parler du projet qui évoluait en fonction des jeunes impliqués.

Une mutuelle communale ?

Le groupe d'opposition Génération Feurs a exprimé dans un vœu son intention de voir une commission dédiée à l'étude d'une mutuelle communale solidaire. Cette mutuelle permettrait à des Foréziens disposant de faibles revenus de bénéficier d'une bonne couverture santé, sans ruiner Feurs.« L'idée a déjà été discutée avec Eric Berlivet (maire de Roche-la-Molière, qui l'a lancée sur sa sa commune, NDLR), à priori il n'y aurait que le coût d'une adhésion. Mais il ne sert à rien de créer une commission ad hoc », a indiqué Jean-Pierre Taite. Le vœu a été rejeté, mais l'idée d'une mutuelle communale n'est pas écartée.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide