Fermer la publicité

« Le Comice de Feurs se prépare sous les meilleurs auspices »

Loire le 10 mars 2015 - Louis Thubert - Agroalimentaire - article lu 347 fois

« Le Comice de Feurs se prépare sous les meilleurs auspices »
DR - En 2015, le Comice agricole de Feurs fête sa 131e édition.

Le Comice de Feurs, exposition agricole réputée au-delà des frontières du département, se tiendra du 13 au 16 mars. Pierre Dosson, président de l'association organisatrice, évoque la préparation de l'événement.

A une semaine du début du Comice, comment s'annonce-t-il ?

Aujourd'hui, le Comice se prépare sous les meilleurs auspices, tous les concours animaux sont complets. Via nos opérations de sponsoring, la moitié des billets ont été vendus en amont à des entreprises. Nous attendons environ 12 000 visiteurs, comme en 2014, lors du 130e Comice.

Des nouveautés sont-elles prévues pour cette année ?

Nous avons une section spéciale engraisseurs-naisseurs pour les concours d'animaux. C'est-à-dire que des bovins nés chez des exposants, ou achetés en vue d'être élevés pour le Comice, seront présentés séparément. Pour l'ensemble des différents concours, nous attendons un peu moins d'une centaine d'exposants.

Après une fréquentation plus faible à une certaine période, le Comice de Feurs attire les foules depuis plusieurs années. Comment fait-on venir du public ?

Il faut faire venir les consommateurs ! Nous avons réussi en vendant des billets aux entreprises, ce qui attire des personnes qui ne seraient jamais venues sinon. Après, le bouche à oreille a fonctionné, et on est passé de 4 000 visiteurs en 2003-2004 à 12 000 l'an dernier. Je n'aurais jamais cru que dix ans après la fréquentation serait telle ! En 2015, 80 entreprises ont acheté des billets. Et le taux de personnes qui reviennent est de 75 %.

Pourquoi ne pas avoir opté pour la gratuité ?

Tout d'abord parce que matériellement, si l'entrée était gratuite, on ne pourrait pas accueillir tout le monde. Ensuite, car les tickets d'entrée représentent 45% de notre budget, le reste venant du sponsoring, de la buvette et une petite part (10%) de subventions.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide