Fermer la publicité

Feurs : dernier conseil municipal avant la rentrée

le 07 juillet 2015 - Louis Thubert - Politique - article lu 55 fois

Feurs : dernier conseil municipal avant la rentrée
Louis Thubert - Le prochain conseil municipal devrait avoir lieu le 21 septembre.

Lundi 6 juillet, les conseillers municipaux foréziens se sont réunis une dernière fois avant les vacances. A l'ordre du jour, plusieurs questions sur la vie scolaire.

Alors que la séance du mois dernier était... musclée (lire l'Essor-Affiches du 5 juin), le conseil municipal du 6 juillet s'est déroulé dans une ambiance paisible.
Les conseillers ont préparé la rentrée, avec notamment les frais de scolarité. Ceux-ci s'élèvent à un coût de 523,06 € par élève, contre 562,22 € l'année précédente. Le conseil a aussi statué sur la subvention destinée à l'Organisme de gestion d'établissement d'enseignement catholique, qui s'occupe du groupe scolaire Marcellin Champagnat.  « Les dépenses des maternelles privées pourraient ne pas être prises en compte, conformément à ce que propose la loi », a expliqué Johann Cesa, préférant une participation moindre de la commune à l'école privée.

Questions scolaires

« Soutenir l'école maternelle privée, c'est une volonté politique lui a répondu le maire, Jean-Pierre Taite. Pour ma part, et pour la majorité municipale, il n'y a pas de différence entre un enfant du privé et un enfant du public. »
L'ordre du jour était chargé de questions scolaires et éducatives. Le conseil municipal a aussi étudié l'attribution d'une subvention au lycée, concernant un voyage de plusieurs classes à Londres. « Ce que l'on note, c'est qu'avec ce genre de subvention, il peut y avoir un appel d'air, voire une frustration au sein du corps enseignant. C'est aussi l'argent des Foréziens », a précisé Johann Cesa. Génération Feurs s'est finalement abstenu sur ce sujet. « Cela nous paraissait une subvention intéressante, et on ne dit pas oui à tout », a plaidé le maire.
« Je voterai contre, tout comme j'ai voté contre à la Région. Ce n'est pas à la collectivité de subventionner les voyages scolaires de nos enfants », a lancé, quant à elle, Sophie Robert, du groupe Rassemblement Bleu Marine, et aussi conseillère régionale FN.

Lors des questions diverses, l'élu Front national a aussi interrogé le maire à propos de matériel : « Je vois que dans les fournitures il y a des barrières, des gens disent que la municipalité a payé des barrières à une société ? » «Une entreprise annonçant une centaine de création d'emploi en un an s'est installé à Feurs. Ils avaient besoin d'un site sécurisé, nous nous sommes occupés de la partie espace public », a détaillé Jean-Pierre Taite. Ayant obtenu confirmation que des caméras avaient été installées devant le site de cette entreprise, Sophie Robert a poursuivi : « Je suis un peu choquée que lors des délibérations il n'ait pas été question du fait que ces caméras étaient posées pour une société. Si l'argent des Foréziens finance la sécurité d'une entreprise privée, pourquoi pas pour les autres ?» « Quand un chef d'entreprise parle de créer 100 emplois à Feurs sur cinq ans, vous y prêtez attention », lui a rétorqué Jean-Pierre Taite.
 

Un nouveau livre au musée de Feurs

Le conseil municipal a approuvé l'ajout d'un nouveau livre traitant de l'Egypte antique, et à destination des plus jeunes, au catalogue de la boutique du musée archéologique. A part cela, les tarifs n'ont pas changé, ce dont se sont réjoui la majorité et l'opposition municipale.

Des emplois au service cadre de vie

Un emploi saisonnier a été prolongé au service cadre de vie. Le salarié, qui travaille au camping, voit sont contrat être prolongé du 30 août au 11 septembre, sa mission ayant débuté le 1er juin. Par ailleurs, un jeune a été recruté en contrat d'apprentissage. Il aura notamment à s'occuper des espaces verts. Son contrat d'apprentissage a été signé pour une durée de deux ans, dans le cadre d'un certificat d'aptitude professionnelle agricole option travaux paysagers.

Le CCAS vend une propriété

Rue Parmentier, le Centre communal d'action sociale vend une maison dont il était propriétaire. Estimé par l'organisme France Domaines entre 170 000 et 200 000 €, le bien a intéressé une SCI s'est porté acquéreur pour la somme de 175 000 €. La vente a été acceptée à l'unanimité par le conseil du CCAS.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide